Accueil"Roger, mon amour"
Array

« Roger, mon amour »

-


Et le voici, tout beau, tout frais ! Oui, nous avons reçu une première maquette de « Roger, mon amour », notre livre sur Roger Federer, qui sortira le 1er novembre. 

C’est la fin de plusieurs mois de labeur et de trois semaines finales parti­cu­liè­re­ment hale­tantes. La fin d’une belle aven­ture pour la Rédaction et les auteurs. Il y a un an, nous bouclions le premier ouvrage de la collec­tion We Love Tennis, « Grand Chelem, mon amour ». Laurent, aux idées toujours bouillon­nantes, avait alors lancé l’idée d’un deuxième sur Roger Federer. L’occasion de fêter le cham­pion suisse tout en essayant de comprendre ce qui le rend si popu­laire. L’occasion de saisir ce qui fait de lui une personne d’ex­cep­tion. L’idée a fait son chemin. Est venu, dès décembre 2011, le temps de la concrétiser. 

D’abord, six mois de recherches inten­sives exhaus­tives, menées par Vincent, et un travail de docu­men­ta­tion assez formi­dable. Interviews, livres, articles… Federer par lui‐même. Federer par les autres. Et les 31 années de sa vie passées au crible. Puis, est venu le temps de l’ana­lyse et de la construc­tion. Que dire ? Quelle histoire raconter ? Quelle parti­cu­la­rités mettre en exergue ? Nos réunions, avec Vincent, Pauline et Laurent, ont accouché d’une struc­tu­ra­tion forte. Avec, en tête, la volonté de mêler textes, travaillés comme un bijou peut l’être par un joaillier, et les photos de nos photo­graphes, les plus marquantes et les plus belles, en huit chapitres. Enfin, ce fut la rédac­tion. Et tout ce qu’elle implique. Un corps à corps physique et le retour au sens du texte en tant que tissu aux mailles extrê­me­ment fines et déli­cates. Des nuits bien courtes, à écrire, réécrire, lire et corriger. Une impres­sion­nante recherche icono­gra­phique réalisée par Audrey. Jusqu’au tout dernier point. 

Vous imaginez le vide que l’on peut ressentir à l’issue d’un projet de ce type. Alors, lorsque nous avons reçu ce premier jet, nous avons voulu le partager avec vous. Les dernières correc­tions ont été effec­tuées. Reste l’im­pres­sion. Et les envois !… à la sortie du livre… puisque plusieurs centaines nous ont déjà été commandés.

« On ne se rencontre qu’en se heur­tant et chacun, portant dans ses mains ses entrailles déchi­rées, accuse l’autre, qui ramasse les siennes. » La rencontre. Gustave Flaubert, dans sa corres­pon­dance, en avait tout compris. Sa violence faite à l’âme, son égoïsme aussi. Et le trouble inséré dans nos diges­tions quoti­diennes méca­ni­que­ment réglées. Mais une rencontre se raconte. 

Ce livre, « Roger, mon amour », c’est avant tout le récit et l’histoire d’une rencontre. Celle que nous avons vécue, nous, auteurs, avec Roger Federer, celle que vous pouvez avoir expé­ri­mentée, de votre côté, avec le cham­pion suisse. Pourquoi cette fasci­na­tion ? pour­quoi cet irra­tionnel élan du cœur ? pour­quoi cet amour ? La raison en est simple : parce que Roger Federer est Roger Federer. Huit visages diffé­rents, huit compo­santes essen­tielles de sa personne, d’une part, et de son person­nage, d’une autre : le lauréat, l’athlète, l’ami, le Suisse, le clan, le rival, l’icône et l’artiste.

Ces visages, en voici le monu­ment. La vie d’un sportif est courte ; à son issue, ne demeurent que les souve­nirs de gloire. Plus qu’une expli­ca­tion, « Roger, mon amour », c’est la mémoire de Roger Federer. Comme le conseille un ancien joueur, adver­saire de l’Helvète lors de son premier titre : « Profitez‐en, car, un jour, il sera bien obligé d’ar­rêter. A ce moment‐là, seules ses victoires et ses coups magiques demeu­re­ront éter­nels. »

« Roger, mon amour », dispo­nible ici.