Accueil Actu Safina : « Je suis heu­reuse, c’est important. »

Safina : « Je suis heureuse, c’est important. »

-

Après sa défaite effa­rante face à la bien­tôt qua­dra­gé­naire Date‐Krumm, Dinara Safina est reve­nue en confé­rence de presse sur son chan­ge­ment d’en­traî­neur. Une déci­sion, dont Dinara ne veut pas trop parler…


Dinara, vous vous êtes sépa­rée de votre entraî­neur. Voulez‐vous en dire deux mots ?

Après Madrid, j’ai pris la déci­sion d’ar­rê­ter. Il a fait le meilleur bou­lot que l’on aurait pu faire. Il m’a ame­née à ce niveau. C’est avec lui que j’ai atteint le niveau de numé­ro 1. Mais, bon, j’ai déci­dé d’ar­rê­ter. Et voi­là, je n’ai pas à en dire plus.

Etait‐ce trop intense ?

Je ne veux pas en dire plus que cela.


Pour par­ler de votre nou­vel entraî­neur, vous tra­vaillez désor­mais avec l’Argentin, Gaston Etlis. Cela se passe bien ?

C’est le pre­mier tour­noi, cela fait 4 jours qu’il est ici. Je ne sais pas. Je veux tout sim­ple­ment… Il n’y a pas grand‐chose à dire, qu’est‐ce que vous vou­lez que je vous dise ? On vient juste de se ren­con­trer. Donnez‐nous un petit moment. Cela étant, je suis assez heu­reuse, c’est important.

Comment avez‐vous com­men­cé cette collaboration ?

Après Madrid, Hernan Gumy m’a deman­dé : « Tu veux essayer avec lui ?», et c’est comme cela qu’on s’est ren­con­tré. Je ne vou­lais pas prendre un entraî­neur sur le cir­cuit féminin.

Instagram
Twitter