AccueilSerena : analyse d'un phénomène
Array

Serena : analyse d’un phénomène

-

Serena Williams a fêté ses trente ans. Un anni­ver­saire qui ne passe pas inaperçu ; une date char­nière dans la carrière de tout joueur profes­sionnel ; un moment‐clef pour faire un premier bilan et évoquer la suite. Ce matin nous vous posions la ques­tion suivante : la joueuse améri­caine est‐elle la meilleure de la décennie ? Hier, Sports Illustrated s’est juste­ment inter­rogé sur le phéno­mène Serena Williams en donnant la parole à leurs chro­ni­queurs experts de la petite balle jaune. Les treize victoires en Grand‐Chelem de Miss Williams, sa domi­na­tion sur le tennis féminin, la suite de sa carrière, son service… Tous les sujets sont décryptés. Meilleure joueuse de la décennie, c’est une chose, mais n’est‐elle pas, fina­le­ment, la meilleure joueuse de tennis de tous les temps ? Morceaux choisis.

Pour Richard Deitsch, « trois joueuses sortent du lot dans l’his­toire du tennis, Steffi Graf, Martina Navratilova et Serena ». Selon lui, « Graf reste la numéro un, Serena et Navratilova sont juste derrière en seconde posi­tion ». Il ajoute, néan­moins : « Si les trois avaient joué à la même période, elles auraient toutes eu leur chance les unes contre les autres. Le résultat aurait dépendu de la surface. »

Pour Scott L. Price, « Serena est une très bonne joueuse, proba­ble­ment la meilleure de sa géné­ra­tion », mais la retient, surtout, comme « le meilleur service éminin de tous les temps ». Quant à Courtney Nguyen, il met en exergue, lui, le mental de l’ex‐numéro un mondial : « Sa volonté de gagner est légen­daire. »

En ce qui concerne le futur de la cadette des Williams’ sisters, Bryan Armen Graham se montre opti­miste : « Elle jouera au moins cinq années de plus et gagnera encore trois tour­nois du Grand Chelem ». Tous les experts sont, d’ailleurs, unanimes et voient Serena revenir au premier plan.

A la rédac­tion, on est un peu du même avis. On ne lui voit que trois vraies concur­rentes : Kim Clijsters, au meilleur de sa forme, Petra Kvitova, si elle retrouve sa forme de Wimbledon et gagne en régu­la­rité… et elle‐même. Reste sa capa­cité à s’in­vestir au maximum sur une saison complète, en évitant les bles­sures, soit la problé­ma­tique majeure la concer­nant. Quant à savoir si elle est la meilleure joueuse de tous les temps… Comme pour Federer, on a envie de dire qu’il est diffi­cile de comparer les époques. 

Quoi qu’il en soit, à elle, qui a gagné 27 tour­nois du Grand Chelem et deux titres aux Masters, on souhaite, pour ses 30 ans, une tren­tième victoire dans un tournoi majeur !

Article précédentPeng pour Bartoli
Article suivantStosur s’arrête là