Accueil SH - Tsonga : "Mettre mon empreinte sur le circuit"
Array

SH – Tsonga : « Mettre mon empreinte sur le circuit »

-

Jo, c’est un vrai soulagement d’avoir gagné ici ?
C’est important. C’est ma première victoire ici. J’ai joué Julien, contre qui je n’avais pas été très bon la dernière fois, et ce coup-ci, tout était un peu réuni. C’était le Central, l’une des premières fois où je me sens bien à Roland Garros. C’est un soulagement, et ça m’encourage à continuer sur cette voie. Cela me prouve que j’ai fait de bons choix dernièrements.

Les conditions n’étaient pas forcément évidentes…
Malgré tout ça, c’était un grand moment. Pour moi, c’est une victoire qui compte. C’est important de débloquer le compteur
aujourd’hui. Tout était un peu réuni pour que ce soit très dur pour moi : il y avait beaucoup de vent, l’adversaire m’avait déjà battu plusieurs fois…

On t’a senti un peu énervé, frustré sur le terrain par instants…
Oui… Un peu frustré… Beaucoup même ! Mais je dirais que j’étais plus frustré par l’extérieur, le vent etc, plutôt que par mon jeu en lui même. A chaque sortie, je suis de mieux en mieux. A tous ceux qui sont blasés et qui pensent que je ne peux pas mieux jouer, je veux leur prouver que j’en suis capable.

L’émotion était-elle particulière aujourdh’ui ?
Oui. Car j’arrivais pour la première fois en tant que favori sur ce Court Central. J’avais envie de bien faire, cela me tenait à coeur. Mais c’est vrai que j’étais très tendu tout au long du match. D’ailleurs… Je suis toujours tendu, ce n’est pas encore redescendu ! ça descendra peut-être dans quelques heures… (sourire)

La « tsongamania » est toujours présente…
J’ai l’impression de marquer les esprit, car sur les événements importants, je réponds toujours présent. C’est important de mettre mon empreinte sur le circuit. J’ai envie de dire « Il faut compter sur moi ».

Quelle fut ta première pensée après la balle de match ?
« Ouf ! » Je sors de là et, malgré les frustrations qui m’ont couté beaucoup d’énergie sur le terrain, je peux courir encore deux, trois heures (sourire)…

Tu as changé de raquette ?
C’est toujours une raquette Wilson. Je manquais un peu de longueur. Là, j’ai une raquette qui me convient un peu mieux sur cette surface. Cela fait maintenant deux, trois semaines que j’ai changé, vraiment dans le but d’optimiser mon jeu sur terre battue, mas ce n’est pas dit que je reste tout le temps avec celle-là, on verra.

Pourquoi être venu en conférence de presse… Avec une cravate ?
C’est pour vous… Mais aussi pour moi (sourire). C’est ma première victoire ici, je la fête comme ça ! Dans les autres sports, quand on vient en conf de presse, il y a un dress code. Nous avons des tournois magnifiques, et c’est bien de montrer que l’on peut avoir une certaine éthique. Au départ, je voulais venir en smocking, et mon équipementier a tenu a ce qu’il y ait ce qu’il faut en conférence de presse… J’ai trouvé la parade et j’en suis bien content ! ! (sourire)

En cas de victoire au 2ème tour, tu sors le noeud pap’ ?
Si je gagne à nouveau… Je mets ce que vous voulez ! Mais pas le string léopard (rires)

Peux-tu nous dire quelques mots sur ton prochain adversaire, l’Argentin Juan Monaco ?
C’est un joueur redoutable, dur à manoeuvrer. Il court très bien, a de très bonnes jambes. Ce sera difficile, mais j’ai un avantage psychologique sur lui, car en Australie, même si je n’étais pas très bien, j’avais réussi à le faire déjouer. Je pense et j’espère pouvoir le gêner de la même façon ici, à Paris.

Ce match est-il celui qui est le plus satisfaisant pour toi sur cette surface ?
Ce n’est pas le match dont je suis le plus content. Ces trois derniers matches, à Dusseldorf, (même si vous n’étiez pas très nombreux pour voir ça), j’ai très bien joué. C’est ce qui me pousse à croire que je peux faire quelque chose ici.

En direct de Roland Garros

Instagram
Twitter