AccueilThiem : "Je suis prêt à tout donner"
Array

Thiem : « Je suis prêt à tout donner »

-

Comme en 2018, Dominic Thiem dispu­tera la finale de Roland‐Garros, sa deuxième en Grand Chelem. L’Autrichien ne veut pas polé­mi­quer sur la tenue de la finale ce dimanche et ne pense qu’à son rendez‐vous avec Rafael Nadal.

Dominic, pouvez‐vous revenir sur l’arrêt du match vendredi soir ?

Je n’étais pas malheu­reux hier soir (lire ce vendredi). Je suis allé aux vestiaires en menant 3–1 dans le troi­sième set, je venais juste de breaker. Les condi­tions étaient très diffi­ciles, je n’avais joué avec un tel vent. Il était supposé pleu­voir à nouveau alors la déci­sion d’interrompre le match était raison­nable. Pour moi, ça allait (…) Je suis très heureux car c’est ma première victoire en cinq sets à Roland‐Garros. C’était un match épique, avec beau­coup de hauts et de bas, de la pluie, des arrêts, des reprises… J’ai eu l’impression de dominer tout le match et j’ai pris le meilleur à la fin.

Comment vous sentez‐vous pour aborder cette finale ?

Je me sens bien physi­que­ment, je n’ai pas eu beau­coup de longs matchs avant celui‐ci. C’est sans doute plus diffi­cile de disputer ces quatre heures avec toutes les inter­rup­tions qu’en une seule fois, mais j’ai de l’énergie. Je suis plein d’adrénaline. Je ne suis pas fatigué, je me repo­serai après le tournoi. Je suis prêt à tout donner sur le court.

Comment abordez‐vous cette finale face à Nadal ?

C’est toujours spécial de jouer Rafa sur ce court. C’est le défi ultime, sans doute le plus grand dans le sport. J’ai très bien joué face à lui à Barcelone (victoire en demi‐finale). Je vais essayer de garder les ondes posi­tives que j’ai main­te­nant pour les amener avec moi demain (lire ce dimanche). Je ne l’ai jamais battu sur ce court, mais j’ai joué de très bons matchs face à lui sur terre battue. Je l’ai déjà battu sur cette surface, alors c’est impor­tant d’y aller avec la convic­tion que je peux le battre. 

Avec la finale, vous allez jouer quatre jours de suite. Rafa a joué mardi et vendredi. Trouvez‐vous ça équitable ?

Ce n’est pas un problème. Ce n’est pas la première fois que cela arrive dans le tennis et ce n’est pas la dernière. C’est notre sport, on y est habitué. On ne sait jamais quand on va jouer, la pluie peut perturber le déroulement.

Vous avez eu un tournoi très mouve­menté. Allez‐vous garder cette atti­tude positive ?

Beaucoup de choses se sont produites pendant le tournoi, ça n’a jamais été ennuyeux. Mais c’est le passé. Maintenant je regarde seule­ment le match de demain (lire ce dimanche) et c’est une oppor­tu­nité incroyable. Il y a un an, j’espérais avoir une nouvelle chance en finale de Grand Chelem et je l’ai.

De votre envoyé spécial à Roland‐Garros