AccueilTirage au sort: le mode d'emploi pour tout savoir
Array

Tirage au sort : le mode d’emploi pour tout savoir

-

A J‑4 du grand lance­ment de Roland Garros 2012, la tension monte. Le tirage au sort de demain sera le premier grand moment de la quin­zaine. Joueurs comme obser­va­teurs attendent toujours cet instant avec beau­coup d’im­pa­tience. Voici son fonc­tion­ne­ment – très précis – et ses enjeux.

Comment cela fonctionne‐t‐il ?

Un tableau final de Grand Chelem est constitué de 128 joueurs : 104 entrent direc­te­ment avec leur clas­se­ment, 16 sortent des quali­fi­ca­tions et 8 béné­fi­cient d’une invi­ta­tion, autre­ment appelée Wild Card. Parmi ces 128 parti­ci­pants, les 32 mieux classés sont têtes de série. C’est en fonc­tion d’elles qu’est effectué le tirage au sort. Explications.

Le but des têtes de série est de « protéger » un minimum les meilleurs joueurs dans les premiers tours du tournoi. Ainsi, chacune des 32 têtes de série ne peut affronter une autre tête de série avant le 3e tour. Jusque là, tout va bien. C’est ici que ça se corse. Car la répar­ti­tion des têtes de série dans le tableau n’est pas faite au hasard. Ou du moins, pas complè­te­ment ! Voici donc la théorie :

- Les têtes de série numéro 1 à 8 affrontent au 3e tour une des têtes de série numéro 25 à 32, tirée au sort 
– Les têtes de série numéro 9 à 16 affrontent au 3e tour une des têtes de série numéro 17 à 24, tirée au sort 
Évidemment, chaque année, des têtes de série sont élimi­nées dans lors des tours 1 à 3. Ainsi, les premiers chocs entre ces joueurs du Top 32 n’ont pas toujours lieu.

Théoriquement, puisque tout ici est pure­ment théo­rique, les têtes de série 1 à 8 et 9 à 16 sont censées battre leurs adver­saires du 3e tour et se quali­fier pour les huitièmes de finale. En huitièmes, juste­ment, la répar­ti­tion est la suivante :

- Les têtes de série numéro 1 à 4 affrontent l’une des têtes de série numéro 13 à 16, tirée au sort

- Les têtes de série numéro 5 à 8 affrontent l’une des têtes de série numéro 9 à 12, tirée au sort

Ainsi, si la logique est respectée, les 8 meilleurs joueurs du monde se retrou­ve­ront en quarts de finale, puis les 4 meilleurs en demi‐finale. A ce sujet, il faut savoir que les têtes de série numéro 1 et 2 ne peuvent se rencon­trer qu’en finale et qu’elles affrontent théo­ri­que­ment les têtes de série 3 ou 4 (selon le tirage au sort) en demi‐finale. Voilà pour­quoi on a beau­coup parlé récem­ment de la place de numéro 2 mondial que Roger Federer et Rafael Nadal se dispu­taient. En effet, celui qui parve­nait à occuper ce clas­se­ment lors de la semaine du tirage au sort de Roland Garros était assuré de ne pas rencon­trer Novak Djokovic avant la finale. A ce petit jeu, c’est donc l’Espagnol qui l’a emporté. Profitons‐en pour passer à l’application pratique :

Prenons des cas très concrets. Jo‐Wilfried Tsonga d’abord. Numéro 5 mondial cette semaine, il sera tête de série n°5 à Roland Garros. Il affron­tera donc, théo­ri­que­ment, l’une des têtes de série numéro 25 à 32 au 3e tour, à savoir, Kohlschreiber, Roddick, Tomic, Youzhny, Troicki, Benneteau, Melzer ou Anderson. S’il s’impose, il défiera –toujours en pure théorie – l’une des têtes de série numéro 9 à 12 en huitièmes de finale, à savoir Del Potro, Isner, Simon ou Almagro. Arrivé en quarts, il lui faudra ensuite défier l’un des membres du big four.

Plus compliqué main­te­nant : Richard Gasquet. 20e mondial cette semaine, il sera tête de série numéro 18 à Roland Garros en raison des forfaits de Mardy Fish et Kei Nishikori, mieux classés que lui. Il affron­tera donc, théo­ri­que­ment, l’une des têtes de série numéro 9 à 16 au 3e tour, à savoir Del Potro, Isner, Simon, Monfils, Almagro, Monaco, Verdasco ou Lopez. S’il passe, le Français défiera ensuite en huitièmes – toujours théo­ri­que­ment – l’un des membres du Top 8. N’importe lequel ? Non ! Cela va dépendre de la tête de série qu’il aura eu à affronter au 3e tour. S’il s’agit d’une tête de série numéro 9 à 12, il défiera en huitièmes une tête de série numéro 5 à 8, tirée au sort. En revanche, s’il s’agit d’une tête de série numéro 13 à 16, il rencon­trera en huitièmes une tête de série numéro 1 à 4.

La chance dans le tirage au sort

Désormais tous experts en matière de tirage au sort, vous prenez bien conscience de la notion de « bon » ou « mauvais » tirage. L’on ne peut pas s’en prendre qu’à la malchance lorsqu’on affronte Rafael Nadal dès le 3e tour. Cela dépend en grande partie de son clas­se­ment ! Ainsi, Gilles Simon, tête de série numéro 11, ne court pas ce risque. Mais Julien Benneteau, tête de série numéro 30, si ! Et c’est là juste­ment qu’interviendra la chance. Car le Bressan affron­tera, théo­ri­que­ment, l’un des membres du Top 8 au 3e tour, s’il y parvient. Si Na Li, qui tirera au sort le tableau masculin, lui offre Janko Tipsarevic [8] comme adver­saire, cela ne sera pas pareil que s’il s’agit de Novak Djokovic [1]…

La chance joue égale­ment dans la dési­gna­tion des adver­saires du premier et deuxième tour. Car chaque tête de série peut affronter n’importe lequel des joueurs non têtes de série lors de ses deux premiers matches. Et il y a toujours des dangers à éviter ! Qui souhai­te­rait affronter David Nalbandian, Albert Ramos, Marcos Baghdatis, Denis Istomin, Juan Carlos Ferrero, Nikolay Davydenko, Michael Llodra, ou encore Ivo Karlovic d’entrée ? Pas grand monde, on vous l’assure.

Ce tirage au sort, dont vous maîtrisez désor­mais les rouages, aura lieu demain, à partir de 11h au stade Roland Garros. Une diffu­sion strea­ming sera d’ailleurs offerte par les orga­ni­sa­teurs du tournoi, et rendez‐vous sur WLT pour les premières infos à ce sujet ainsi que le décryp­tage détaillé des tableaux, choc par choc, match piège par matche piège !

Le livre « Grand Chelem, mon amour » est dispo­nible. Retrouvez les 40 matches de l�gendes de la d�cennie 2001–2011. Un livre de la r�daction de GrandChelem/Welovetennis.

Instagram
Twitter