Accueil Amélie Mauresmo « Un métier d’en­traî­neur à plein temps non »

« Un métier d’entraîneur à plein temps non »

-

Amélie Mauresmo qui dési­rait faire une vraie coupure avec le tennis semble revenir très vite à son premier amour. Un an après sa retraite, elle explique ce chan­ge­ment dans une inter­view donnée à l’agence Reuters.


« J’ai fait une pause de six mois où j’avais besoin de ne rien faire, de profiter. Derrière, être complè­te­ment inac­tive, ce n’est pas vrai­ment mon truc… Puis il y a eu Mika, ce qu’il m’a demandé m’a bien plu et puis j’étais aussi consul­tante pour la télé­vi­sion. Aujourd’hui, c’est un plaisir de se retrouver ici, à l’Open GDF‐Suez où j’ai vécu des moments de partage inou­bliables (…) Je n’avais pas été capable de préparer l’après carrière et aujourd’hui encore je tâtonne un petit peu. Ce qui m’a le plus plu depuis mon arrêt c’est l’ex­pé­rience avec Mika. Mais je garde ma posi­tion de ne pas être entraî­neur. Conseiller oui, un métier d’en­traî­neur à plein temps non. »

Instagram
Twitter