AccueilArchivesL'oncle Sam en crise

L’oncle Sam en crise

-

Le New York Times s’est penché sur la santé du tennis améri­cain. Autant dire qu’il a besoin de vita­mines et de trans­fu­sion sanguine. Les jeunes pouces tardent à arriver au sommet. « Ils sont dans de salles draps », annonce Justin Gimelstob, en parlant des ses cadets. « La dernière personne qui a gagné un match après avoir remporté le titre national chez les juniors, c’était moi. Et c’était il y a 14 ans. » Les États‐Unis survivent par quelques têtes et leurs anciennes gloires. Ils ont besoin d’air frais juge le quoti­dien américain.

Andy Roddick est le seul Américain présent dans le top 20. Cette unique présence du numéro 5 mondial parmi cette caste de joueurs est histo­rique pour les États‐Unis puisque pour la première fois depuis l’in­tro­ni­sa­tion du clas­se­ment ATP, en 1973, jamais cette situa­tion ne s’était présentée. « Cette réalité est la réalité », avoue Patrick McEnroe. James Blake ancien numéro 5 mondial est cette semaine à la 23ème place. Même si le capi­taine de l’équipe améri­caine de Coupe Davis estime que les USA sont en train de « revenir » sur la bonne voie, la réalité est cruelle.

Inimaginable aujourd’hui, il y a dix ans, les États‐Unis avaient raflés quasi­ment tous les grands titres de l’année. Roland Garros avec Andre Agassi. Wimbledon et le Masters avec une finale Pete Sampras‐Andre Agassi. L’US Open avec une finale Andre Agassi‐Todd Martin. En 2009, seul Roddick parvient à être un trouble‐fête pour les meilleurs joueurs du monde.

Les USA ont vécu deux périodes dorées. Une dans les 1990 avec Pete Sampras, Andre Agassi, Jim Courier, Michael Chang, Todd Martin et consort. Et il leur faut du temps pour digérer, comme après la première moitié lumi­neuse des années 1980 avec John McEnroe, Jimmy Connors, Vitas Gerulaitis, Jimmy Arias, Aaron Krickstein. Reconstruire une géné­ra­tion de haut niveau n’est pas chose aisée.

« Nous avons 300 millions d’ha­bi­tants dans notre pays. Nous devons créer des groupes de haut niveau et qu’ils travaillent entre eux », annonce Agassi, cham­pion aux huit titres du Grand Chelem. Sam Querrey a disputé quatre finales en sept tour­nois depuis juillet et Roddick estime « qu’il a passé un sérieux cap cet été. » Mais le jeune homme de 21 ans, 22ème mondial, est désor­mais numéro 2 national devant Blake, et il demeure bien seul pour accom­pa­gner ses leaders vers les sommets du tennis mondial.