Accueil Archives "Même à 6-0, 6-0, il ne faut pas se relâcher"

« Même à 6-0, 6-0, il ne faut pas se relâcher »

-

C’est un Marc Gicquel forcément heureux, mais aussi très bronzé, qui s’est présenté aujourd’hui en conférence de presse après sa victoire expéditive face à Schuettler (6-0, 6-0, 6-4). Après un tel score, où Marc a mené 14 jeux à 0, la décontraction est de rigueur.
>« Respecter son adversaire c’est de ne pas lui donner des points, donc à aucun moment quand je mène aussi largement, je ne pense à avoir pitié de lui, je reste concentré sur ma prestation. Un jour, moi aussi je me suis fait fusiller par Kiefer 6-0, 6-1, au final je me suis accroché et j’avais finalement perdu 11-9 au 5ème set. Un match en cinq sets n’est jamais fini et je savais qu’il ne fallait pas me relâcher. En ce moment, je sens très bien la balle. La victoire à Bordeaux m’a fait énormément de bien, j’y ai battu des joueurs qui malgré leur classement pratiquent un tennis de très haut niveau. Je me rappelle la bagarre contre Stéphane Robert (NDLR : le joueur de Ronan Lafaix), cela a été mémorable, j’ai eu un petit déclic. Aujourd’hui je suis content de mon niveau, de ma solidité, et c’est vrai que sans y penser, je sais que je peux jouer Roddick au 3ème tour avec l’idée de « venger » Jouen et la Bretagne. Je ne sais pas si je joue le meilleur tennis de ma carrière car en 2006 j’ai fait une très bonne saison. En tout cas j’ai le sentiment que je peux m’appuyer sur un fond de jeu efficace. Quand à dire que je peux battre tout le monde, je ne le pense pas ! Dans le Top 10, Murray et Roddick me semblent plus prenables, mais il y en a un qui est intouchable, et je l’enlève tout de suite de la liste !

En direct de Roland Garros

Instagram
Twitter