ATP - Lyon
Ascione : "On a beaucoup de chance"



Lors de la conférence de presse de présentation de la deuxième édition de l'Open Parc Rhône-Alpes-Auvergne Lyon qui se déroulera du 19 au 26 mai, Thiery Ascione, directeur du tournoi, a insisté sur son plateau qu'il juge unique et sur les nouveautés que va proposer le tournoi. Interview.

Thierry, si on regarde les tournois de la même catégorie, on peut dire que vous êtes vraiment bien placés ?
L'an dernier était déjà exceptionnel, cette année je trouve que l'on est pas mal du tout (rires). On s'est amusé à faire un comparatif avec les autres ATP 250 d'avril et mai, et force est de constater que l'on est devant en qualité de plateau. Pouvoir recevoir Thiem, Sock, Isner, Chung, Monfils, etc c'est une vraie reconnaissance. Cela représente beaucoup de travail en amont, mais la première édition a facilité les choses. Les joueurs qui étaient venus nous ont fait une bonne publicité.

L'an dernier, le tournoi a été « sold-out » à partir du mercredi, avez-vous pensé à remédier à cela ? En terme de billetterie, on est sur la plus haute marche du podium des ATP250 et l'ATP a été vraiment bluffé. On a décidé de continuer à mettre en place une grille de tarifs abordable tout en maintenant l'accès aux courts annexes gratuit. D'ailleurs à ce sujet là aussi on monte en gamme car il y aura dorénavant 4 courts en plus du central dont la capacité va passer de 3700 à 4500 places.

Dans le tableau final, vous avez le droit à trois wild-cards, est-ce qu'elles ont déjà été attribuées ?
Pour les invitations, mon travail est plus facile puisque ce sont les joueurs qui sont demandeurs. Ce que je peux vous dire c'est que j'ai 11 demandes sur mon bureau, et dans la liste, il y a quelques noms prestigieux. Donc logiquement suivant la performance de certains sur Madrid et Rome, il pourrait y avoir de belles surprises.

On est obligé de parler de Jo-Wilfried Tsonga, qu'en est-il ?
Jo a été opéré, et au final, on pensait que son genou était dans un état plus compliqué, ce fut la première bonne nouvelle. Maintenant, Jo a recommencé l'entrainement ce mardi donc c'est compliqué car il faut respecter un protocole bien précis. Jo a 33 ans, donc il ne faut pas faire n'importe quoi. Je pense qu'il a entre 60 à 65% de chance de jouer le tournoi. Je sais que cela lui tient vraiment à coeur. C'est même plus important pour lui que pour nous. On fera le point de façon précise dans dix jours car on a programmé une charge de travail qui va nous donner des informations bien précises sur sa capacité à jouer à haut-niveau.

On sent que vous êtes un directeur heureux ?
La deuxième année est toujours importante pour la création d'un évènement. Nous y sommes, et pour l'instant on respecte notre ligne de conduite. Ce matin, les camions sont arrivés dans le Parc de la Tête d'Or, bientôt on sera dans le concret. J'ai hâte d'y être car je sais déjà que l'on contrôle mieux les choses, on est moins dans la découverte. Moi qui parcourt le monde sur tous les tournois du circuit, je peux vous dire que l'on a vraiment de la chance à Lyon tant pour le plateau que pour son écrin que représente le Parc de la Tête d'Or, c'est vraiment unique.