ATP - Marseille
Caujolle : "Ça va être une année intéressante"



Après le titre de Karen Khachanov, Jean-François Caujolle est venu dresser le bilan de l’édition 2018 de l’Open 13 Provence. Le directeur du tournoi marseillais a notamment abordé le circuit actuel et s’attend de plus en plus à des surprises. Enfin, il évoque aussi sa succession.

Jean-François, que pensez-vous de ce vainqueur, Karen Khachanov ?
C’est un joueur auquel je crois depuis deux ans. Quand je l’ai vu pour la première fois chez Galo Blanco en Espagne, j’avais été réellement impressionné par sa qualité de frappe. En suivant son évolution ces deux dernières années, ça manquait un peu de constance dans les matchs. Il n’était pas assez régulier. Il m’a un peu fait penser à Kyrgios il y a deux ans où tout au long de la semaine il a été régulier, il a frappé fort. Même quand il loupe la balle de match, il ne doute pas. C’est un joueur qui a un gros potentiel et c’est un très beau vainqueur.

Peut-on dire que c’était une semaine mouvementée ?
La semaine est partie très difficilement. Il y a eu des ratés, donc des blessures, mais c’est l’aléa sportif. Si en tant qu’organisateur on doit se prendre la tête sur l’aléa sportif, on ne dort plus. J’ai décidé de dormir (sourire). On a une finale qui était très intéressante et sans doute la plus belle que l’on pouvait avoir. Le sportif a donc été bon.

Est-ce qu’elle sauve le tournoi par rapport à la tournure qu’il prenait ?
Regardons les tournois la même semaine. Il y avait un super tableau à Delray Beach et les demi-finales se déroulent avec quatre joueurs qui ne sont pas têtes de série. Il y a Tiafoe et Chung, que j’apprécie, mais ce n’est peut-être pas le cas du grand public. En finale, il y a Gojowczyk qui n’est pas forcément un joueur très charismatique. Je crois qu’il faut s’attendre à des surprises toutes les semaines. Et sur une semaine, notamment avec des tournois qui ont des schémas courts comme les ATP 250, 500 voire Masters 1000, il peut arriver n’importe quoi. Sur les Grands Chelems, c’est plus étonnant et l’Open d’Australie, à ce titre, a été surprenant avec des joueurs comme Sandgren, Edmund ou Chung. Mais cela va arriver de plus en plus. Avec le chamboulement de la hiérarchie, on rebat les cartes. Ça va être une année intéressante et moi je me régale quand il y a des choses comme ça. J’ai énormément apprécié que Krajinovic soit en finale à Bercy. J’ai regardé alors que s’il y avait eu d’autres joueurs, cela n’aurait pas été le cas. J’apprécie que ces jeunes joueurs apparaissent et le circuit est fort grâce à ça. Federer et Nadal font l’histoire du tennis et cela va bien au-delà.

Comment s’est passé le soir de l’abandon de Stan Wawrinka ?
J’avais de la tristesse pour lui et pas pour le tournoi. Je le connais bien depuis quelques années et on a une très bonne relation. J’étais peiné pour la personne. C’était difficile car j’avais un garçon en face de moi qui était terriblement affecté.

Et le moment où il rend sa garantie ?
C’est d’homme à homme. On a décidé ensemble de donner une partie à des associations (55 000€). Stan en a choisi quelques unes et nous on le fait avec le département. Personne n’était obligé de le faire.

Dans les colonnes de La Provence, vous expliquiez réfléchir à votre succession avec un joueur français bien connu...
Je ne veux pas que le tournoi ne tourne qu’autour de moi, il y a des équipes derrière. À un moment donné, il faut voir des nouvelles têtes et des gens qui apportent du sang neuf. Depuis très longtemps, j'ai une relation très amicale avec Jo (Tsonga). On a commencé à faire des choses ensemble et dans la période d'après-tennis, il peut être quelqu’un qui va s'intégrer à notre structure. Il y a aussi Sébastien Grosjean, qui est Marseillais et un ami très proche. Je dois me servir de ces ressources, de ce dynamisme et intellectuellement c’est agréable d’avoir des gens plus jeunes qui arrivent avec des idées. Ça me paraît naturel d’y penser.

De votre envoyé spécial à Marseille

Tous les produits de Lucas Pouille sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.