AccueilATP - WTAATP/WTA Indian WellsPour Gasquet et Cornet, c'est le terminus

Pour Gasquet et Cornet, c’est le terminus

-

Les drapeaux tricolores sont en berne à Indian Wells. Après les éliminations prématurées de Jo‐Wilfried Tsonga et de Gilles Simon, ce sont Richard Gasquet et Alizé Cornet qui ont subi respectivement la loi de Fernardo Verdasco (7–6(5) 6–1) et Agnieszka Radwanska (7–5 6–3). Un peu inquiétant pour l’un, pas rédhibitoire pour l’autre.

Battu en huitièmes à Doha dont il était le tenant, puis en seizièmes à Melbourne avant de se reprendre le temps d’un week‐end de Coupe Davis, avant à nouveau de céder en finale à Montpellier où il défen­dait son titre ainsi qu’en huitièmes à Rotterdam et sans panache en demi‐finale à Marseille écrasé par Gulbis, on ne peut pas forcé­ment dire que le début de saison de Richard Gasquet est un rêve. Surtout si on le compare à ses débuts assez canons de 2013 ! Fatigué le Richie ? C’est une hypo­thèse qui tient la route. Face à un Fernando Verdasco en pleine entre­prise de démo­li­tion avec son coup droit dévas­ta­teur pilon­nant le revers de son adver­saire, Gasquet a tout d’abord tenté comme il pouvait de tenir la distance avant de complè­te­ment lâcher prise face à la répé­ti­tion des gifles dans le second set contre l’Espagnol. Un match forcé­ment à oublier, tout comme sa défaite expé­di­tive contre Ernests le terrible durant l’Open 13 ou celle très impro­bable face à Philipp Kohlschreiber à Rotterdam. Recharger les batte­ries et se concen­trer de nouveau sur des fonda­men­taux risque d’être essen­tiel si Richard veut défendre comme il se doit sa demi‐finale acquise à Miami l’an passé…

Cornet tombe sur plus forte qu’elle

Concernant l’autre numéro 1 trico­lore, la donne était quand même bien diffé­rente. Même si la Française nous a habitué à fournir quelques petites perfor­mances promptes à nous laisser rêveurs ces dernières semaines, il fallait être impé­riale pour dominer Agnieszka Radwanska en huitièmes de finale du tournoi. Une marche cette fois‐ci trop haute pour Alizé, fina­le­ment prise par le rythme toujours aussi trom­peur de la Polonaise là où Alizé aime utiliser la puis­sance de ses adver­saires. Alors certes, on en veut toujours plus qu’un troi­sième tour, mais la chance n’était pas au tirage pour cette fois après la très belle perfor­mance du troi­sième tour contre Carla Suarez Navarro. Gageons qu’à Miami, la leader de l’Equipe de France de Fed Cup saura s’im­miscer parmi les toutes meilleures histoire de marquer le coup d’un début d’année 2014 assez réussi dans son ensemble.

La raquette de Andy Murray, dispo­nible ici !

Article précédentBenneteau répond présent
Article suivantStephens très sérieuse