Accueil ATP – WTA Comment l’ATP et la WTA ont tor­pillé un futur syn­di­cat des coachs

Comment l’ATP et la WTA ont torpillé un futur syndicat des coachs

-

Lorsque l’on avait joint le coach slo­vaque Vladimir Platenik der­niè­re­ment au sujet du rôle des entraî­neurs et de leur des­tin pen­dant cette crise liée au Covid‐19, il nous a for­cé­ment par­lé du pro­jet de syn­di­cat, mort‐né il y a quelques années : « Nous avons orga­ni­sé une vraie struc­ture de type syn­di­cat en 2009. Nous y avons tra­vaillé pen­dant deux ans. Nous avions beau­coup de grands noms du « coa­ching » qui sou­te­naient cette opé­ra­tion. L’idée était celle d’une asso­cia­tion sans but lucra­tif pour défendre sim­ple­ment notre pro­fes­sion. Quand nous nous sommes pré­sen­tés auprès de l’ATP et la WTA, nous avons eu le droit à quelques réunions mais au final c’é­tait plus pour qu’ils puissent récol­ter des infor­ma­tions pour fina­le­ment « tor­piller » notre pro­jet. En effet, un peu plus tard, d’autres entraî­neurs ont créé leur propre asso­cia­tion qui a conclu un accord avec l’ATP et ils ont com­men­cé à gagner de l’argent avec des sym­po­siums d’en­traî­neurs en uti­li­sant le sou­tien de l’ATP. Naturellement, notre asso­cia­tion n’a­vait plus de rai­son d’exis­ter car le dis­cours était pol­lué et lié à une autre acti­vi­té que défendre notre pro­fes­sion sur le circuit. »

Instagram
Twitter