ATP
Le bilan de l'année 2017 (1/3)



Le rideau est tombé sur la saison 2017 avec ses lots de surprises, de déceptions et d’émotions. Tour d’horizon de cette année tennistique en commençant par le circuit masculin.

Federer et Nadal, les éternels

Souvenez-vous il y un an où étaient Roger Federer et Rafael Nadal : en train de se soigner pour revenir à la compétition. Un an plus tard, l’Espagnol et le Suisse se sont partagés les Grands Chelems et occupent les places de numéro 1 et numéro 2. Des performances que même leurs plus fervents supporters avaient encore du mal à imaginer. Les deux meilleurs ennemis ont écrit une nouvelle page de l’histoire avec en point d’orgue cette finale dès janvier à l’Open d’Australie. Depuis, le Bâlois semble avoir pris un ascendant psychologique sur son rival avec trois victoires sans perdre un seul set (Indian Wells, Miami et Shanghai). Deux questions se posent désormais : sont-ils capables de poursuivre en 2018 ? Roger Federer continuera-t-il à zapper la terre battue ? Pour cette dernière, au regard de sa réussite, nul doute qu’il risque d’opter pour la même solution…



Djokovic soigne ses maux, comme Murray, Wawrinka, Raonic, Nishikori, Monfils…

Si on prend le Top 10 de fin 2016, seulement quatre joueurs y figurent encore : Rafael Nadal, Dominic Thiem, Marin Cilic et Stan Wawrinka. Les six autres ont tous été blessés ou arrêtés prématurément leur saison. On pense à Novak Djokovic, Andy Murray, Milos Raonic, Kei Nishikori, Gaël Monfils… Malgré sa coupure anticipée, Stan Wawrinka reste encore dans le Top 10. Il faut dire que ses six premiers mois de l’année étaient particulièrement réussis : demi-finale à Melbourne, finales à Roland Garros et Indian Wells, mais aussi un titre à Genève. Le Vaudois a décidé d’arrêter pour soigner son genou. Novak Djokovic et Andy Murray ont vécu un calvaire. Le Serbe a préféré arrêter pour reposer un coude douloureux. Son année a également été marquée par sa séparation avec l’ensemble de son staff historique dont Marian Vajda, présent depuis 2006. Andre Agassi est arrivé et restera à ses côtés pour 2018. Radek Stepanek a été nommé récemment pour être le deuxième coach tant recherché.

Du côté d’Andy Murray, l’inquiétude est de mise tant le flou entoure sa blessure à la hanche. Comme le Serbe, le Britannique est absent depuis Wimbledon. Prudent concernant son retour à la compétition, l’ex-numéro 1 mondial a aussi opté pour une thérapie de choc en décidant de stopper sa collaboration avec Ivan Lendl. Reste à savoir qui lui succédera…



Dimitrov s’est émancipé, Zverev prend rendez-vous

Enfin. Grigor Dimitrov a remporté un titre digne de son talent en s’adjugeant le Masters de Londres. Ce premier « grand » trophée lui a permis de terminer l’exercice à la troisième place mondiale et démontre surtout les progrès réalisés depuis l’arrivée de Dani Vallverdu à ses côtés au cours de l’été 2016. « Baby Fed » semble s’être émancipé de ce surnom si pesant au début de sa carrière. La suite ? "L’un des principaux objectifs est de remporter un tournoi du Grand Chelem" avait-il confié après son succès londonien. Alors pourquoi pas en Australie, là où il a livré un combat dantesque en demi-finale face à Rafael Nadal ?



Alexander Zverev incarne la fameuse « Next Gen » de l’ATP. Numéro quatre mondial en cette fin d’année, le prodige allemand a pris rendez-vous pour l’avenir en remportant deux Masters 1000, Rome et Montréal, en battant Novak Djokovic et Roger Federer. Pas mal pour un gamin de 20 ans. Fort de cinq titres en 2017, le natif d’Hambourg a néanmoins déçu en Grand Chelem avec un seul petit huitième de finale à Wimbledon à se mettre sous la dent. C’est dans ces rendez-vous qu’il sera attendu en 2018.



Goffin, la discrète ascension

Si un joueur a impressionné en cette fin d’année, c’est bien David Goffin. Sans faire de bruit, discret, le Belge s’est solidement installé dans le Top 10 (septième) avec une finale au Masters où il a battu dans la même semaine Rafael Nadal et Roger Federer. Propre. Le Liégeois a surtout démontré toutes les facettes de son talent lors de la finale de Coupe Davis en écoeurant Jo-Wilfried Tsonga et Lucas Pouille. S’il n’a pas ramené de trophée chez lui, il a dans ses bagages une confiance totale en son jeu, démontrant ainsi sa nouvelle dimension. Rien ne lui semble impossible.



Tous les produits de Roger Federer sont chez Tennis Warehouse, notre partenaire.
Lire et réagir

Pour ceux qui sont pressés, en cochant la case "I'd rather post as a guest", vous pouvez réagir sans avoir à vous enregistrer.

Pour changer votre pseudo (une fois inscrit), il faut se rendre sur la page de votre profil disqus et changer la case 'Name'.

Pour désactiver la notification par email rendez-vous sur la page Email Notifications.
En décochant "Receive emails from Disqus" vous ne recevrez plus aucun email de disqus.