AccueilATPATP - BrisbaneFederer a encore du travail

Federer a encore du travail

-

Non, Roger Federer ne retrou­vera pas encore le goût de la victoire, de l’abou­tis­se­ment d’une semaine maîtrisée. Face à un Lleyton Hewitt toujours aussi entre­pre­nant et diffi­cile à manoeu­vrer, le Suisse n’a pas réussi à trouver la solu­tion et a fini par s’in­cliner sur le score de 6–1 4–6 6–3.

C’est Lleyton Hewitt qui en faisait part dans les médias avant leur confron­ta­tion : Roger Federer et lui ont une histoire tous les deux. Celle de 26 affron­te­ments qui se sont pour l’es­sen­tiel déroulés sur une période bien précise : celle comprise entre 2001 et 2004, durant laquelle leurs destins se sont croisés. Alors que Hewitt était au sommet et décli­nait peu à peu, Federer connais­sait un avène­ment sans précé­dent qui allait inscrire son nom dans la légende du tennis mondial. Avec 18 victoires à 8, Roger n’a présen­tait à l’orée de cette finale à Brisbane un bilan plutôt avan­ta­geux. Mais aussi un témoi­gnage du fait que l’Australien avait souvent su lui mettre des bâtons dans les roues par le passé.

Ce qui s’est d’ailleurs vérifié sur le court dès 6h30 ce matin. Alors qu’il était passé à côté d’un titre à Newport en juillet dernier, ce qui aurait été son premier depuis un trophée glané à Halle, en 2010, Lleyton n’a cette fois‐ci pas laissé passer l’oc­ca­sion. Qui plus est devant son public, un exer­cice qui peut être périlleux tant on connaît la popu­la­rité de Federer là‐bas et le fait que les gens soient par consé­quent toujours partagés dans leur soutien à un joueur local. Mais Hewitt a réussi à fran­chir cette barrière. Grâce à cette perfor­mance, Hewitt peut compter sur un gain de 17 places au clas­se­ment ATP, lui faisant inté­grer ainsi le top 50 auquel il n’avait plus goûté depuis 2010. Peut‐être, à l’image de Tommy Haas, l’avè­ne­ment d’une nouvelle carrière pour l’Australien ?

Quand à Federer, il faudra voir si cette défaite n’était qu’un acci­dent de parcours dû à une prépa­ra­tion pas encore complète, la preuve qu’il manque toujours de confiance au moment de retrouver le chemin des titres, ou bien pire encore, le signe d’une pente irré­mé­dia­ble­ment descen­dante pour sa carrière…

ROGER MON AMOUR
Le livre « Roger, mon amour » est dispo­nible. Sa vie, son oeuvre, son mythe : le livre de tennis consacré à Roger Federer, à ne surtout pas manquer ! 

Article précédentMelzer forfait
Article suivantIvanovic savoure