Accueil ATP ATP – Cincinnati Djokovic s’en sort in extremis

Djokovic s’en sort in extremis

-

On savait que l’Espagnol avait des armes pour contra­rier le numé­ro 1 mon­dial invain­cu en 2020. 

S’appuyant sûre­ment sur ses vic­toires pré­cé­dentes, Bautista Agut n’a pas chan­gé de plan, ni de tac­tique. Il aurait même pu avec plus d’au­dace plier la ren­contre en deux set notam­ment quand au prix d’un bel effort il recol­la au score après avoir été mené 4 à 1 dans la seconde manche.

En face, Nole qui ne sem­blait plus dans son assiette n’a­vait pas pu enfon­cer le clou à 4 à 1, balle de double break après avoir per­du assez logi­que­ment la pre­mière manche 6 jeux à 4.

Heureusement à 5 à 4 pour Novak, ser­vice Bautista, une petite pluie per­met­tait au Serbe de souf­fler, le temps que le toit se mette en place. Il reve­nait avec de nou­velles inten­tions, brea­kait pour rem­por­ter la 2ème manche (6–4).

Tout était donc à refaire pour Bautista Agut après 1H et 46 minutes de jeu.

Et c’est l’Espagnol qui démar­rait le mieux en fai­sant le break d’en­trée avant que le numé­ro 1 se fâche pour reprendre les com­mandes en ali­gnant 4 jeux d’af­fi­lée (5–2).

Alors qu’il ser­vait pour le gain du match à 5 à 3, Nole concé­dait alors son ser­vice blanc et relan­çait son adver­saire (5–4). Fatigué, le n°1 mon­dial se tou­chait le ventre constam­ment alors que Bautista res­tait dans sa bulle en conti­nuant à exploi­ter son jeu de contre. 

Cela por­tait ces fruits puis­qu’il repre­nait à nou­veau le ser­vice du numé­ro 1 mon­dial (6–5) pour ser­vir pour le gain du match. 

Mais son bras trem­blait sur sa remise en jeu et ce match deve­nait défi­ni­ti­ve­ment fou puisque Nole par­ve­nait à l’a­go­nie par­ve­nait à s’of­frir un tie-break en ali­gnant des points gagnants assez hallucinants.

Quelques minutes plus tard, il pou­vait lever les bras au ciel après un jeu déci­sif par­fait : 4–6, 6–4, 7–6 (0)

Le numé­ro mon­dial est donc tou­jours invain­cu en 2020. 

Il cher­che­ra demain le 80ème titre de sa carrière. 

Il fau­dra juste bien récu­pé­rer car le duel a duré 3 heures.

Instagram
Twitter