AccueilATPATP - CincinnatiFederer rugit encore !

Federer rugit encore !

-

Après ses décon­ve­nues pari­siennes et londo­niennes, Roger Federer se refait une santé depuis le début de la tournée améri­caine sur dur, avec une victoire pleine de déter­mi­na­tion 6–7 7–6 6–4 face au méri­tant Mardy Fish. Il s’offre ainsi son deuxième titre de la saison, conserve son trophée à Cincinnati et se pose en sérieux préten­dant pour l’US Open.

Il en fallait de la déter­mi­na­tion et de la luci­dité pour dominer Mardy Fish en finale du Masters de Cincinnati, et Roger Federer en a fait preuve pour s’of­frir le 63ème titre de sa carrière. Dès le début du match, les deux joueurs font étalage de leur tennis offensif en s’ap­puyant sur la qualité de leurs services et l’empoignade s’ins­talle. Fish résiste à un jeu de service de près d’un quart d’heure et deux balles de break à 1–1, puis une plus tard à 4–4, ainsi qu’à 5–5. Dans le tie break c’est Federer qui craque le premier en dévis­sant un revers, permet­tant à Fish de mener 4–3, mais le Suisse enchaine deux points. Au moment où on s’ima­gine que Federer va conclure, Fish réagit à nouveau et remporte le premier set à l’ar­ra­chée. Une première manche très équi­li­brée avec beau­coup de prises d’ini­tia­tives au filet de la part des deux joueurs.

Fish se procure sa première balle de break seule­ment à 2–2, et ne laisse aucune chance à Federer sur sa mise en jeu. On se dirige donc vers un tie‐break logique, où le Suisse réussit rapi­de­ment le mini‐break et tourne avec un avan­tage consi­dé­rable de 5–1. Le suisse survole fina­le­ment le jeu décisif 7–1 en concluant sur un ace.

Dans le dernier set, les débats demeurent serrés et tout va se jouer sur des détails. Pas la moindre balle de break dans le dernier set, où les deux joueurs se montrent inte­nables sur leurs mises en jeux jusqu’à ce que Federer trouve la faille à 4–4 pour servir pour le match et conclure.

Face à un Fish surmo­tivé et nulle­ment complexé par l’évè­ne­ment, Roger Federer a fait preuve d’un grand sang‐froid pour remonter un set de handicap et a notam­ment parfai­te­ment maîtrisé quelques moments chauds dans le deuxième set. Il ajoute un quatrième titre à Cincinnati à son palmarès, réus­sis­sant pour la première fois à y conserver son titre. Un 62ème trophée pour le Suisse, le 17ème en masters 1000 et le deuxième cette saison. Surtout, il envoie message clair aux rares scep­tiques qui le voyaient sur le déclin : il faudra compter avec lui à l’US Open.