Accueil ATP ATP – Cincinnati Murray : “L’entraînement n’a pas vrai­ment d’im­por­tance. Ce qui compte, c’est ce…

Murray : “L’entraînement n’a pas vraiment d’importance. Ce qui compte, c’est ce que tu fais en match”

-

Andy Murray ne lâche rien. Il est un exemple de pug­na­ci­té. Même si on lui avait pré­dit l’en­fer face à Zverev, nous les pre­miers, l’Ecossais a su faire déjouer son adver­saire et nos pronostics. 

Comment ? Tout sim­ple­ment déjà en met­tant une très grosse pres­sion sur les deuxième balles de Zverev en ren­trant dans le court. Si cela n’a pas tou­jours bien fonc­tion­né, sur la durée du match, cela lui a per­mis d’a­voir un vrai ascen­dant psychologique. 

A l’is­sue de son suc­cès acquis aus­si grâce à la fai­blesse de son duet­tiste, Andy a eu une ana­lyse très juste de la situa­tion : Je ne pense pas que l’un ou l’autre de nous ait par­ti­cu­liè­re­ment bien joué sur­tout en fin de match. C’était peut-être pré­vi­sible puisque nous n’avons joué aucun match pen­dant une si longue période. C’est vrai qu’il n’a pas si bien ser­vi à la fin, ce qui m’a évi­dem­ment aidé, mais je me suis aus­si bien bat­tu” a expli­qué Andy.

Un Andy qui est tou­jours aus­si heu­reux d’être pré­sent à New-York et de pou­voir don­ner le maxi­mum sur un court après tout ce qu’il a vécu : “Lors de mes sets d’en­traî­ne­ment avant le tour­noi, je me fai­sais battre par tout le monde. C’était aus­si le cas en Grande-Bretagne. Il y avait de quoi s’in­quié­ter. Mais au final, je com­prends que l’en­traî­ne­ment n’a pas vrai­ment d’im­por­tance. Ce qui compte, c’est ce que tu fais en match. J’ai confiance en mon ins­tinct de com­pé­ti­teur, c’est une de mes grandes forces. Je ne l’ai pas encore per­du. Quand il aura dis­pa­ru, ce sera sans doute le moment d’ar­rê­ter

Instagram
Twitter