AccueilATPATP - Den BoschEdouard Roger-Vasselin et Benoît Paire en quarts

Edouard Roger‐Vasselin et Benoît Paire en quarts

-


Edouard Roger Vasselin et Benoît Paire conti­nuent leur route à ‘s‑Hertogenbosch. ERV élimine Flavio Cipolla, en trois manches, 6–2, 3–6, 6–1, quand Paire se défait de Lukasz Kubot, tête de série numéro huit, en trois manches, égale­ment, 6–3, 0–6, 6–4. Deux victoires en trois sets pour deux Tricolores qui surfent sur la voie de la confiance en ce moment.

« Même si j’adore la terre, je m’ef­force d’être vrai­ment poly­va­lent. Aujourd’hui, c’est la clef pour parvenir à progresser et à rester dans le top 100 mondial. » Et Benoît ne se trompe pas. Après avoir réalisé de belles perfs sur dur en début de saison, puis franchi un cap sur terre, le Français confirme sur gazon. Le 60ème mondial se qualifie pour les quarts de finales à ‘s‑Hertogenbosch en élimi­nant, notam­ment, la tête de série numéro huit du tournoi, Lukasz Kubot. Une victoire en trois manches, 6–3, 0–6, 6–4, en 1h37. Du Benoît tout craché dans ce match avec un Français agressif et solide sur son enga­ge­ment, rempor­tant 72% de points derrière sa première balle de service. De quoi sauver cinq balles de break dans le même temps. Mais un Benoît qui souffre toujours de son péché mignon : l’in­cons­tance. Complètement passé à côté, le Tricolore laisse échapper la deuxième manche, 6–0. Pour le coup, il ne glane que cinq points sur ses son enga­ge­ment. Mais l’es­sen­tiel est assuré, à savoir une place en quarts de finales. Prochaine étape : le Japonais Ito avant de, pour­quoi pas, retrouver Ferrer en demies. On y croit !

ERV fait la même
Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, son pote Edouard Roger Vasselin se qualifie, lui aussi, pour les quarts de finales, sur le gazon hollan­dais. Les deux hommes font la paire avec une deuxième victoire en trois sets. ERV élimine Flavio Cipolla, 6–2, 3–6, 6–1, après 1h41 passées sur le court. Scénario assez simi­laire au match de son pote Benoît. Globalement, ERV maîtrise son sujet, si on enlève le coup de moins bien de la deuxième manche. La petite baisse de régime a le mérite de bouger le Français qui explose l’Italien dans le set décisif. Ce dernier ne remporte que sept petits points sur son enga­ge­ment. Le natif de Gennevilliers continue sur la même dyna­mique du Queen’s où il avait sorti Roddick avant de pousser Nalbandian à disputer trois manches. Au regard de sa partie de tableau, ERV pour­rait bien réaliser un joli coup en Hollande. Prochain adver­saire : Philipp Petzschner, avant de peut‐être croiser la route de Malisse, Muller ou Falla… Tous à la portée d’ERV !