AccueilATPATP - FinalsFederer réveille Djokovic

Federer réveille Djokovic

-

Malgré un bon deuxième set, Roger Federer n’est pas parvenu à s’of­frir le scalp de Novak Djokovic pour son entrée en lice dans ce Masters édition 2013 et s’in­cline sur le score de 6–4 6–7(2) 6–2. Le Suisse a notam­ment dû faire face au sursaut d’or­gueil de son adver­saire dans la troi­sième manche…

Ce ne sera donc pas non plus pour cette fois ! Rah, mais quand cela arrivera‐t‐il se demandent en choeur les fans du grand Roger ? Soyez patients, car malgré la défaite, Federer retrouve clai­re­ment peu à peu son tennis. Que lui manque‐t‐il ? Probablement l’en­chaî­ne­ment de matchs de haut niveau. Et puis il faut le dire aussi : la capa­cité à tenir de longs échanges face à un mur comme Novak Djokovic. Ce qui est déjà un défi pour beau­coup de jeunes joueurs frais comme des gardons, alors un tren­te­naire comme Federer… Mais oui, la raquette semble plus sûre à présent.

Oh certes le revers, toujours le point un peu faible de Roger, fait vrai­ment défaut sur certains coups et a offert quelques points gratuits encore à son adver­saire du jour. Un adver­saire qui, de son côté, a montré aussi des visages contrastés, signes de sa nervo­sité dans la conquête du titre et, aussi loin­taine et impro­bable soit‐elle, la place de numéro 1 mondial. Car s’il a su profiter d’un égare­ment de Federer sur son service pour s’of­frir la première manche 6–4, Djoko a vu l’étalon helvète le contra­rier plus d’une fois sur son service. Une donnée qui a d’ailleurs fini par coûter le deuxième set à Djoko qui, breaké deux fois et revenu de l’enfer par la force de sa volonté, a laissé Federer faire cava­lier seul dans un tie‐break (7–6) démon­trant toute l’étendue du talent virtuose que l’on avait un peu perdu de vue ces derniers mois.

Mais rien n’est plus terrible qu’un Djokovic blessé. Retrouvant son calme et sa froi­deur chirur­gi­cale, le numéro 2 mondial a serré le jeu, durci ses frappes et allongé les échanges pour faire craquer un Federer un peu plus court physi­que­ment. Deux breaks l’ont renvoyé à ses études… Parce que s’il a été un point faible dans le jeu de Roger aujourd’hui, c’est bien le service. Seulement 54 % de premières balles dans le carré ne suffisent pas à contre­carrer les plans d’un joueur aussi habile en retour que le Djoker.

Fort de sa 18e victoire de rang depuis la défaite en finale de l’US Open, Djokovic s’avance avec un plein de confiance total pour son second match. De son côté, Roger n’a pas encore tout perdu et pourra s’ap­puyer sur son niveau dans l’échange, notam­ment quand il a su prendre le jeu à son compte et dicter son rythme. Vivement la suite !

Article précédentDjokovic fait plier Federer
Article suivantLe programme de mercredi