AccueilATPATP - FinalsGasquet passe à coté...

Gasquet passe à coté…

-

Richard Gasquet vient de perdre son deuxième match des phases de poules au Masters de Londres. Une défaite 6463 face à  Roger Federer qui est presque syno­nyme d’éli­mi­na­tion pour le numéro neuf mondial.

Quelle décep­tion. Richard Gasquet n’y était pas. Dans le premier set, Federer passe pour­tant complè­te­ment à coté de son entame de match en alignant pas moins de six fautes consé­cu­tives. Derrière, le Suisse rectifie le tir et breake rapi­de­ment le Français à 1–1 après un coup droit de Richard qui meurt dans le filet. A 4–3, Roger sort du match et offre le debreak à son adver­saire après un jeu catas­tro­phique. Gasquet n’en profite pas et aban­donne de suite sa mise en jeu après un vilain bois. Federer n’a plus qu’à conclure le set, 6–4. La deuxième manche continue sur le même rythme avec un Français à coté de la plaque qui perd son service d’en­trée. Piqué au vif, le Biterrois essaye de bous­culer le Suisse. Encouragé par Piatti et Grosjean, il parvient à se procurer des balles de break. A 4–3, le Biterrois manque une occa­sion en or de conclure au filet. Trop tard, Federer a beau rater cinq balles de matchs, Gasquet tombe 6463.

Un match bien trop insuf­fi­sant de la part de Richard Gasquet. Grosjean disait lui même avant la rencontre : « Il faut que Richard prenne son temps , qu’il ne joue pas trop vite », on ne pensait pas que son poulain appli­que­rait ce conseil à la lettre… Complètement passif dans la première manche, le Français s’est contenté de faire l’es­suie glace. Au volant, Roger alter­nait coups mons­trueux et fautes assez gros­sières. Il n’empêche que le Suisse fait le jeu et mérite ample­ment le premier set. Avec seule­ment quatre points gagnants et neuf fautes directes, le Français a été trans­pa­rent. Dans la seconde manche, Gasquet tente de changer de visage. Mais, Richard est malheu­reu­se­ment beau­coup trop maladroit, à l’image des nombreux bois déli­vrés. Pas assez de réalisme pour le numéro un fran­çais qui rate six balles de break sur sept. A l’in­verse, si Roger était capable de passer à coté par moment, il semblait beau­coup plus déter­miné que son adver­saire. Si seule­ment Richard avait pu unique­ment prati­quer le même jeu qu’à la fin du deuxième set… 

Cette défaite met quasi­ment fin aux espoirs de quali­fi­ca­tion de Richard Gasquet. Avec deux échecs en deux matchs, il faudrait un miracle pour que le Biterrois accède aux demi‐finales. C’est bien simple, il n’a plus qu’à espérer que Del Potro remporte ses deux derniers matchs et que lui même s’im­pose en deux manches sur Djokovic. Rien que ça… On atten­dait Gasquet au tour­nant, on le croyait capable de créer l’ex­ploit à Londres. Au final, rien. Certains diront que Richard était malade, d’autres qu’il était fatigué. Tout simple­ment, pour gagner un tournoi de cette valeur, il faut être tech­ni­que­ment et menta­le­ment irré­pro­chable. Aujourd’hui trop faible dans ces deux secteurs, Richard peut retourner dans la file d’at­tente pour l’année prochaine.

La raquette de Richard Gasquet, ici !