AccueilATPATP - FinalsLe Masters, une épreuve mythique

Le Masters, une épreuve mythique

-

Dans trois jours, tous les regards seront braqués sur l’O2 Arena de Londres, théâtre du Masters depuis 2009. En plus de la riva­lité Djokovic – Murray pour la première place au clas­se­ment mondial, le spec­tacle sera au rendez‐vous. Pour sa première, Gaël Monfils aura aussi à cœur de briller. En atten­dant, retour sur quelques temps forts de cette épreuve si particulière.

Grosjean‐Tsonga, les finalistes

Et si Gaël Monfils imitait ses compa­triotes Jo‐Wilfried Tsonga (2011) ou Sébastien Grosjean (2011) ? Ce dernier a été le premier fran­çais a brillé lors de cette compé­ti­tion. C’était en 2001, après une très bonne saison (demi‐finale à l’Open d’Australie et à Roland‐Garros et victoire à Bercy). En Australie, le Marseillais ne s’in­cli­nera qu’en finale, face à Lleyton Hewitt après des victoires face à Patrick Rafter et Andre Agassi notamment.

Dix ans plus tard, en 2011, c’est au tour de Tsonga de briller en élimi­nant Rafael Nadal et Tomas Berdych avant une finale face à Federer, fina­le­ment perdue en trois sets. 

Cette saison, le nouveau « maître » s’ap­pelle donc Gaël Monfils, en scène pour la première fois. Le Parisien est le neuvième Tricolore à avoir ce privi­lège. En effet, avant lui, seuls Pierre Barthes, Guy Forget, Yannick Noah, Henri Leconte, Richard Gasquet, Gilles Simon et donc Sébastien Grosjean et Jo‐Wilfried Tsonga ont eu cet honneur.

En 2005, excep­tionnel Nalbandian

David Nalbandian est l’in­vité surprise de l’édi­tion qui se déroule à Shanghai. 12e mondial et pas qualifié, l’Argentin est de retour au pays, en vacances, quand il apprend sa convo­ca­tion. Sur place, il brille jusqu’à atteindre la finale pour affronter Federer, contre qui il n’a plus gagné depuis deux ans et quatre matchs. Le match part très mal puisque le Suisse remporte les deux premiers sets. Loin d’être abattu Nalbandian égalise à deux partout et remporte le cinquième et dernier set au jeu décisif. Une rencontre somptueuse !

En 1996, Becker – Sampras, le sommet

Considéré par les spécia­listes comme le plus beau match de la décennie 1990, le duel entre Pete Sampras et Boris Becker, en 1996 à Hanovre, fût excep­tionnel ! Les deux hommes se rendent coups pour coups et lors du quatrième set, l’Américain dispose de deux balles de matchs… sauvées par l’Allemand ! Le tour­nant ? Pas vrai­ment puisque après une lutte de tous les instants, Sampras arrache un succès (3–6 7–6(5) 7–6(4) 6–7(11) 6–4) au terme d’un match déjà classé dans les annales. Quel souvenir !