AccueilATPATP - GstaadTroisième finale de l'année pour Gasquet

Troisième finale de l’année pour Gasquet

-

Quelle reprise toni­truante pour Richard Gasquet ! Après avoir écarté un Montanes pour­tant en forme, le Biterrois s’est défait sans trop de diffi­cultés de la surprise de la semaine Yuri Schukin 6–3 6–4. Il lui reste un dernier obstacle à fran­chir en vue d’un deuxième titre cette saison après Nice, et non des moindres puis­qu’il s’agit de Nicolas Almagro.

Richard Gasquet, à peine de retour de bles­sure, n’a lâché qu’un set cette semaine, au tie‐break de son deuxième tour contre Daniel Brands. A l’heure où Davydenko voire Gilles Simon font un retour poussif à la compé­ti­tion, Gasquet, même s’il a été absent des courts moins long­temps, prouve qu’avec une bonne prépa­ra­tion, on peut revenir vite à son meilleur niveau. Il l’a prouvé en donnant une leçon de tennis offensif au joueur de fond de court rusé qu’est Albert Montanes hier. Passé du statut d’out­sider à celui de favori, le Français n’a pas tremblé contre Yuri Schukin pour accéder à la finale. Dans le premier set, les débats sont accro­chés jusqu’à ce que Gasquet ne breake au meilleur moment, à 4–3 service Schukin. Le Kazakh s’offre enfin deux balles de break dans le deuxième set, mais rien n’y fait et Gasquet conclut la partie sans avoir trop puisé dans ses réserves. Seule ombre au tableau, un nombre inha­bi­tuel­le­ment élevé de six doubles fautes. Sinon, Gasquet a bien servi dans les points impor­tants, le coup droit s’est montré plus que satis­fai­sant ; solide en défense, Gasquet est parvenu à placer de bons contres, souvent grâce à la préci­sion remar­quable de son revers, quand il ne prenait pas l’échange à son compte pour venir conclure au filet.

De quoi se montrer opti­miste pour sa finale contre Nicolas Almagro qu’on a déjà vu en meilleure forme. Hier, l’Espagnol avait profité du manque de réalisme et de confiance de Chardy ; aujourd’hui il s’en est sorti à l’usure 7–6 3–6 6–3 contre Daniel Gimeno‐Traver. Plus tôt dans la saison, Almagro avait battu Gasquet en trois sets sur la terre d’Acapulco, mais Gasquet n’était pas encore dans l’état d’es­prit qui l’ha­bite désor­mais, où les maîtres mots sont patience, intel­li­gence et préci­sion. Le combat contre Almagro s’an­nonce éprou­vant, Gasquet ne devra pas hésiter pas à aller au charbon au filet, quitte à s’ex­poser au revers dévas­ta­teur de l’Espagnol. A Gasquet de jouer sans pres­sion et avec envie, et alors il aura toutes ses chances d’avoir le dessus sur son adver­saire peut‐être un peu émoussé. Il rempor­te­rait ainsi le septième titre de sa carrière, le deuxième à Gstaad après 2006.

Article précédentBlake : « Etre plus agressif »
Article suivantLes demies