AccueilATPATP - HambourgLes derniers des Mohicans

Les derniers des Mohicans

-

Paul‐Henri Mathieu et Nikolay Davydenko se rencontrent cet après‐midi en finale du tournoi de Hambourg. Alors que la plupart des joueurs se préparent ou ont commencé la tournée nord‐américaine, certains font une pige sur terre battue avant de partir aux Etats‐Unis. Afin d’ac­cu­muler les matchs ou trouver une confiance, qui quelque soit la surface, n’a pas prix.

Pas toujours sûr de lui, Paul‐Henri Mathieu est venu cher­cher quelques certi­tudes à Hambourg. Sans son entraî­neur, Loïc Courteau est en vacances, épaulé par un coach du Team Lagardère, Paulo a trouvé des réponses aux ques­tions qu’il pouvait se poser. « Je joue moins bien qu’a­vant », déclarait‐il en début de saison. « Je veux gagner », disait‐il après sa demi‐finale. Quelques victoires arra­chées et un tennis convain­cant changent l’état d’es­prit d’un joueur. Avec un jeu et un physique en place, la confiance semble revenir chez le Français.

S’il n’est pas le genre de joueur à avoir des crises de confiance, Nikolay Davydenko est venu en Allemagne pour accu­muler les kilo­mètres, lui le stakha­no­viste du circuit. Ne jouant jamais aussi bien qu’en enchaî­nant les tour­nois, malgré quelques acci­dents, le Russe est sur la bonne voix. Blessé en début de saison, ne reve­nant aux affaires qu’au prin­temps sur terre battue, l’an­cien numéro 3 mondial essaye de rattraper le temps perdu, avec une certaine effi­ca­cité. Son quart de finale à Roland Garros, avec une victoire en trois sets sur Fernando Verdasco, avait montrer sa capa­cité à vite revenir à haut niveau. Double demi‐finaliste à l’US Open en 2006 et 2007, Davydenko va retrouver des terrains qui lui réus­sissent. Avec quelques matchs en plus dans les jambes, le Russe pour­rait être un véri­table outsider pour cette fin d’année.

Avec la recherche de confiance d’un côté et la volonté de retrouver le rythme de l’autre, les cas de Mathieu et de Davydenko ne sont pas les mêmes. La sensi­bi­lité de Paulo se frot­tera au métro­nome russe qui ne semble jamais trou­bler par les événe­ments extérieurs.

Article précédent
Article suivant