AccueilATPATP - Indian WellsUn Masters 1000 imprévisible

Un Masters 1000 imprévisible

-

Alors que les huitièmes de finale du tableau masculin se déroulent ce mercredi, le tournoi a été frappé par une véri­table héca­tombe du côté des cadors.

Seulement quatre têtes de série sur les 16 premières…

Jack Sock et Marin Cilic sont les deux dernières victimes de l’hécatombe qui frappe le tournoi cali­for­nien. Alors que les huitièmes de finale du Masters 1000 d’Indian Wells se déroulent ce mercredi, sur les 16 premiers joueurs protégés, il n’en reste plus que quatre : Roger Federer (1), Juan Martin Del Potro (6), Kevin Anderson (7) et Pablo Carreno Busta (11). Et sur ses 16 derniers joueurs, un seul a déjà remporté des Masters 1000, à savoir Roger Federer. Le Bâlois est d’ailleurs le seul des cinq premières têtes de série. Un fait rare depuis 2004 puisque c’est seule­ment la quatrième fois que cela se produit avec à chaque fois le dernier rescapé comme vainqueur.

Federer comme gran­dis­sime favori…

Au milieu de ce jeu de massacre, qui dure fina­le­ment depuis plus d’un an sur le circuit masculin avec les nombreuses bles­sures des meilleurs joueurs, Roger Federer se présente comme le gran­dis­sime favori pour se succéder à lui‐même. Après sa prome­nade de santé face à Filip Krajinovic au tour précé­dent, le Suisse affronte Jérémy Chardy. Le Palois renaît dans le désert cali­for­nien, lui qui était tout proche de quitter le Top 100 et qui est virtuel­le­ment 89e grâce à son très bon parcours. Bien qu’il possède une victoire face au numéro 1 mondial, celle‐ci était sur terre battue, en 2014 à Rome.

Une ouver­ture pour Herbert ?

Si Jérémy Chardy n’a pas été gâté avec Roger Federer, Pierre‐Hugues Herbert, l’autre repré­sen­tant trico­lore, a conscience qu’il n’est pas favori mais qu’il a aussi une belle carte à jouer face à Philipp Kohlschreiber, le tombeur de Marin Cilic. En progrès depuis plusieurs semaines, l’Alsacien a été récom­pensé par une victoire réfé­rence face à Gilles Muller. De quoi augmenter son capital confiance avant de retrouver l’Allemand qui mène 3–1 dans les confron­ta­tions. L’actuel 37e mondial n’est pas une montagne insur­mon­table pour le joueur entraîné par Benjamin Balleret et Fabrice Santoro. P2H n’a rien à perdre mais tout à gagner. À lui d’en profiter.

Del Potro en embuscade…

Dans la partie basse, celle qui parais­sait plus dense lors du tirage au sort est aujourd’hui un véri­table désert où seul Juan‐Martin Del Potro semble sortir du lot. Victorieux d’Acapulco, l’Argentin est arrivé en confiance et celle‐ci se renforce au fur et à mesure. Néanmoins, la Tour de Tandil devra se méfier d’un Milos Raonic qui refait parler de lui, voire d’un Sam Querrey qui évolue à domi­cile. En atten­dant, il a rendez‐vous face à son compa­triote Leonardo Mayer. Un seul face‐à‐face est à noter sur le circuit prin­cipal pour une victoire de Del Potro à l’US Open 2012. 

Imprévisible depuis le début, le Masters 1000 d’Indian Wells n’a, peut‐être, pas fini de nous surprendre. Tout semble possible. Aura‐t‐on un vain­queur surprise dans la Vallée de Coachella ?