AccueilATPATP - MadridBerdych, droit en finale

Berdych, droit en finale

-


Dans un match intense, Tomas Berdych prend le meilleur sur Del Potro 7–6(5) 7–6(6) et atteint sa troi­sième finale en Master 1000 après Bercy en 2005 et Miami en 2010. Il jouera Federer ou Tipsarevic.

On atten­dait un duel de cogneurs et on l’a bien eu ! Berdych contre Del Potro, c’est l’une des belles affiches de la journée. Deux joueurs qui se sont affrontés à quatre reprises, pour trois victoires côté Argentin. Leur seul duel sur terre avec eu lieu ici même, à Madrid. C’était en 2010, et Del Potro s’était imposé sur un abandon du Tchèque au deuxième set. L’Argentin restait sur trois victoires contre le Tchèque. Produisant un tennis offensif, puis­sant et n’ayant perdu aucun set de la semaine, Berdych est tout en confiance. De son côté, le géant de Tandil restait sur dix victoires sans perdre un set sur l’ocre. Autant dire qu’il avait un certain avan­tage lorsque les deux prota­go­nistes rentraient sur le court.

Confirmation sur le court. Berdych met du temps à trouver son tennis, à s’adapter au jeu de Del Potro et aussi à cette surface dont on n’entend encore parler. Rapidement breaké, le Tchèque se démène pour recoller au score pendant une bonne partie de ce premier set. Il y parvient fina­le­ment et décroche un tie‐break. Le Tchèque confirme la tendance de ses derniers jeux, en enchai­nant les coups gagnants. Il mène alors 5–1 dans ce jeu décisif. Coïncidence ou pas, les deux joueurs se voient contraint d’observer une pause de quatre minutes, un spec­ta­teur ayant fait un malaise. L’Argentin en profite alors pour recoller à cinq partout. Mais fina­le­ment, c’est bien Berdych qui remporte cette première manche, avec un total de 22 coups gagnants pour 15 fautes directes, contre 12 winners et 8 fautes pour Del Potro.

Au début de la seconde manche, l’Argentin perd son enga­ge­ment, visi­ble­ment la tête ailleurs, vers ces occa­sions manqués au premier set. Mais au sixième jeu, alors que Berdych sent le parfum de la victoire, l’Argentin débreak. Nouveau tie‐break. Les deux joueurs s’échangent coups pour coups. Le Tchèque mène une nouvelle fois, 3–1, puis le géant de Tandil revient à 4–5. Mais au jeu du « je suis le plus fort et je vais te le montrer », le Tchèque était le meilleur sur le court. Sur sa première balle de match, il remporte le match d’un smash. Au final, Berdych aura inscrit 40 coups gagnants contre 27 fautes. Que ce soit Federer ou Tipsarevic demain, atten­tion. Ce Tchèque est un sacré coriace.