AccueilATPATP - MadridFederer roi de Madrid !

Federer roi de Madrid !

-

Roger Federer domine Tomas Berdych en finale à Madrid et s’ad­juge son 74e titre, le 4e cette saison. Le Suisse s’im­pose en trois sets, 3–6 7–5 7–5 et 2h38 de jeu. Il sera numéro 2 mondial lundi !

« Si tu veux être un bon joueur de terre battue, tu dois être capable de bien jouer sur tous les terrains en terre. C’est notre job de s’adapter à ce qu’on nous propose ». C’est la leçon de la semaine signée Roger Federer. Bien que la surface madri­lène ait été extrê­me­ment glis­sante, le Suisse a su adapter son jeu tout au long du tournoi, tirant avan­tage de la vitesse du court en prati­quant un tennis ultra offensif. Cette finale face à Tomas Berdych ressem­blait d’ailleurs plus à un match de dur. Pas ou peu d’échanges à rallonge mais des aces, des volées, des smatches, des points gagnants à tout‐va : bref des schémas de jeu en 2–3 frappes de balles maximum. Et c’est fina­le­ment grâce à ce jeu très offensif que le Tchèque a fait vaciller le Suisse tout au long de ces 2h38 de match. Au final, il n’aura gagné que deux petits points de moins que son adver­saire sur l’en­semble de la rencontre. 

C’est juste­ment Berdych qui prend le meilleur départ. D’entrée très agressif en retour, le numéro 7 mondial breake immé­dia­te­ment son adver­saire (3–0). S’appuyant sur sa grosse qualité de service, il conclut la première manche très serei­ne­ment (6–3) sans avoir eu la moindre balle de débreak à sauver. Mais Federer parvient à trouver la clé au retour dès le début du second set, se détache (4–1), est rejoint (5–5) puis égalise fina­le­ment à une manche partout (7–5).

Sans se décon­cen­trer, Berdych continue de prati­quer son tennis ultra agressif. Sur la moindre ouver­ture, il tente le coup gagnant. Dès qu’une seconde balle de service se présente, il cherche le KO au retour. Et ça marche ! Ou presque. Car si le Tchèque se procure 3 balles de break sur les deux premiers jeux de service du Suisse en début de 3e manche, il n’en convertit pas une seule. Il faut dire que le cham­pion qu’est Federer sait sortir les grosses premières aux bons moments. Et le cham­pion qu’est Federer sait aussi saisir les occa­sions qui s’offrent à lui. Car à 4–3, Tomas Berdych se crispe au service et offre 3 balles de break au numéro 3 mondial. Il les sauve par 3 aces, mais commet derrière deux vilaines doubles‐fautes pour offrir le break au Suisse (5–3). Celui‐ci ne parvient certes pas à boucler le match sur le jeu suivant. Mais qu’im­porte. Il se recon­centre immé­dia­te­ment et conclut l’af­faire sur le service du Tchèque (6–4).

Voilà donc Roger Federer titré pour la 3e fois à Madrid, un record. Le Suisse conquiert aussi son 20e titre en Master 1000, un autre record (partagé avec Rafael Nadal). Et cerise sur le gateau, il retrou­vera la place de numéro 2 mondiale demain, qu’il avait perdue en mars 2011, il y a un peu plus d’un an. Une très belle semaine, en bref !

Le livre « Grand Chelem, mon amour » est dispo­nible. Retrouvez les 40 matches de légendes de la décennie 2001–2011. Un livre de la rédac­tion de GrandChelem/Welovetennis.