AccueilATPATP - MadridNadal commence fort

Nadal commence fort

-


Rafael Nadal réussit son entrée en lice à Madrid et se qualifie pour le troi­sième tour. L’Espagnol élimine faci­le­ment Nikolay Davydenko, en deux sets, 6–2, 6–2, en 1h20. Le Majorquin débute de la meilleure des manières son tournoi et ne semble pas gêné par la terre bleue.

Le chiffre 21. En arri­vant à Madrid, Rafael Nadal vient d’en­chaîner 21 succès d’af­filée sur terre battue. Le Majorquin, victo­rieux à Monte Carlo et Barcelone, veut tout avaler sur la planète terre. Madrid fait partie des objec­tifs et l’Espagnol arrive encore en favori dans la capi­tale espa­gnole. Une seule inter­ro­ga­tion peut‐être. Qui sera capable de le battre sur son terrain de chasse favori ? Premier préten­dant : Nikolay Davydenko. Si le Russe mène six victoires à quatre dans leurs confron­ta­tions directes, il n’a encore jamais battu Rafa sur terre battue. De nouveau, l’an­cien numéro trois mondial n’a pas fait le poids. Rafa se balade, en deux sets 6–2, 6–2.

1h20 de jeu. Pour appré­cier le jeu du Rafa national, le public devra revenir dans les gradins. L’Espagnol ne traîne pas sous le soileil madri­lène, ce mercredi. Dès le début, le Majorquin imprime son rythme. Les grandes gifles de coups droit fusent, la couver­ture du terrain est impec­cable. Très vite, Davydenko mesure le fossé qu’il existe entre lui‐même et son adver­saire. 39 minutes plus tard, Davydenko concède le premier set 6–2. Sous la casquette de Nikolay, il y a le masque. Il fait trop chaud et Rafa est trop fort. Pour ne rien arranger, Davydenko se fait masser le bras au chan­ge­ment de côté, avant de débuter le deuxième round. Deuxième set ou la copie conforme du premier. Rafa breake d’en­trée, puis une quatrième et dernière fois au milieu de la manche. De son côté, le Russe survit et subit la puis­sance de Nadal. Au service, ce dernier est impre­nable, en rempor­tant 80% des points derrière sa première balle et en ne concé­dant aucune balle de break. Un dernier coup droit gagnant pour conclure 6–2 et le Majorquin se qualifie pour le trosième tour.

« Cette terre battue bleue est pour moi, une erreur. Les joueurs n’y gagnent rien, le tennis n’y gagne rien. Nous joueurs, avons donné notre avis. On s’est opposé à ce chan­ge­ment mais de toute manière, les prési­dents votent les déci­sions pour eux‐même. Je ne me suis jamais entraîné sur cette terre bleue tout simple­ment parce que je ne le voulais pas. » Rafa a été l’un des premiers à criti­quer ouver­te­ment la nouvelle surface qui fait tant polé­mique. On avait hâte de le voir évoluer dessus et, au regard de la partie, il n’a pas eu l’air d’être gêné, tant il a semblé facile. Comme souvent sur terre. Reste à attendre ce qu’il dira en confé­rence de presse. 

La raquette de Rafael Nadal, ici !

Article précédentVerdasco pour Nadal
Article suivantTsonga en huitièmes