Accueil ATP ATP – Madrid Rafa maître en ses terres

Rafa maître en ses terres

-

Rafael Nadal a domi­né Roger Federer en finale à Madrid. Le Majorquin s’im­pose en deux manches, 64 7/6[5] à l’is­sue un match mar­qué par les breaks, débreaks, et aux nom­breux rebon­dis­se­ments. C’est le 3ème titre d’af­fi­lée que s’ad­juge Rafael Nadal sur terre bat­tue après Monte Carlo et Rome.

Pour leur retrou­vailles sur un court de ten­nis, Roger Federer et Rafael Nadal n’ont pas déçu. Si le Majorquin l’a empor­té sous les hour­ras de son public, la ren­contre a bel et bien été extrê­me­ment dis­pu­tée. Preuve en est, cette dif­fé­rence minime de points mar­qués par les deux hommes à la fin du match : 85 pour Rafa contre 84 pour Roger.

Dans le pre­mier set, le Suisse obtient des balles de break dès le second jeu. Et pour­tant, c’est Rafa qui ravit en pre­mier le ser­vice de son adver­saire. Federer se bat et recolle immé­dia­te­ment au score (2–2). L’Espagnol main­tient son pres­sing, appuyant sur le revers du Suisse. Ce der­nier tente tant bien que mal de se déca­ler pour effec­tuer le plus de coups droits pos­sible. Les jeux sont dis­pu­tés, la bataille fait rage. A 3–3, Nadal breake et confirme sur le jeu sui­vant (5–3). Mais le numé­ro 1 mon­dial ne lâche rien, revient à 5–4 et obtient même plu­sieurs balles de 5 par­tout. En vain. Rafa s’ad­juge la pre­mière manche (6/4), vigou­reu­se­ment applau­di par son coach et oncle Toni.

La bataille ne fai­blit pas dans la seconde manche. Les deux hommes ne lâchent rien, don­nant tout sur chaque jeu. Sur le plan tac­tique, Federer ne tente plus service‐volée suite aux échecs ren­con­trés dans ce domaine au pre­mier set. Par contre, le Suisse ajoute l’a­mor­tie à son arse­nal tac­tique avec dans l’en­semble une belle réus­site. Mais c’est à nou­veau Rafa qui se détache le pre­mier (4–2), bruyam­ment encou­ra­gé par un public qui veut à tout prix le voir sou­le­ver « son » tro­phée. Mais Roger, s’ac­croche et revient encore une fois au score, pas­sant même devant (5–4). Dans le tie‐break, c’est pour­tant tout l’in­verse qui se pro­duit. Le Suisse prend le meilleur départ (2–0) et se fait immé­dia­te­ment rejoindre (2–2). Il se détache à nou­veau (4–2) mais Rafa revient encore une fois pas­sant cette fois même devant (6–4). Le numé­ro 1 mon­dial sauve alors une pre­mière balle de match en lâchant un coup droit décroi­sé plein pot. Mais sur le point sui­vant, le Suisse manque car­ré­ment la balle, pro­ba­ble­ment suite à un faux rebond. L’Espagnol lève les bras, il décroche là son 3ème titre d’af­fi­lée après Monte Carlo et Rome et s’ad­juge par la même occa­sion le 18ème Master 1000 de sa car­rière, un record.

Instagram
Twitter