AccueilATPATP - MiamiDimitrov est encore inconstant

Dimitrov est encore inconstant

-

Battu au troi­sième tour du Masters 1000 de Miami par Jérémy Chardy, Grigor Dimitrov ne cesse d’accumuler les décep­tions depuis janvier. Preuve que le Bulgare est encore inconstant.

Les paillettes du Masters de Londres lais­saient envi­sager une année 2018 encore plus belle. Pour l’instant, il n’en est rien. À l’exception d’une finale à Rotterdam où il a été balayé par Roger Federer (6–2, 6–2), Grigor Dimitrov accu­mule les décep­tions, comme à l’Open d’Australie où il aurait pu (du) faire mieux qu’un quart de finale perdu face à Kyle Edmund. À Dubaï où le tableau était tota­le­ment ouvert, il s’incline dès le premier tour face à Malek Jaziri, 117e à l’époque.

La tournée améri­caine a été déce­vante avec une élimi­na­tion dès son entrée en lice à Indian Wells face à Fernando Verdasco et au troi­sième tour à Miami par Jérémy Chardy. Une « March Madness » tota­le­ment ratée mais dont il a l’habitude : le protégé de Dani Vallverdu n’a jamais brillé au cours de cet enchaî­ne­ment et son meilleur résultat reste un huitième de finale en Floride (2012 et 2016). En Californie, il n’a jamais fait mieux qu’un troi­sième tour (2013, 2014, 2015 et 2017).

Dimitrov ne profite pas de la période instable du circuit masculin

Ses trois premiers mois de l’année résument bien Grigor Dimitrov : il est encore incons­tant. Si 2017 a été sa plus belle saison sur le circuit, il avait (presque) disparu entre février où il avait accu­mulé deux titres (Brisbane et Sofia) et une demi‐finale à Melbourne et son premier titre en Masters 1000 à Cincinnati. Seule une demi‐finale au Queen’s avait éclairé cette période. Depuis son sacre au Masters de Londres avec une troi­sième place mondiale (quatrième actuel­le­ment), il est légi­time d’attendre plus du natif d’Haskovo, surtout dans la période actuelle que traverse le tennis masculin.

Entre les bles­sures des uns et des autres (Rafael Nadal, Andy Murray, Stan Wawrinka), la méforme totale de Novak Djokovic, Grigor Dimitrov a conscience qu’il laisse échapper de belles oppor­tu­nités de venir garnir son palmarès. Son manque de confiance actuelle l’a cruel­le­ment rattrapé face à Jérémy Chardy puisqu’il a craqué à chaque fois dans les deux sets à 5–4 sur son service… Avec l’arrivée à l’été 2016 de Dani Vallverdu à ses côtés, Grigor Dimitrov s’est remis dans le bon sens. À lui désor­mais de gagner en constance.