AccueilATPATP - MiamiHaas, simplement heureux...

Haas, simplement heureux…

-

C’est LA surprise de la semaine, à Miami : Tommy Haas a battu, cette nuit, Novak Djokovic, numéro un mondial, en deux manches sèches, 6–2 6–4. En confé­rence de presse, Haas s’est montré… satis­fait ? Non. Content ? Non. Formidablement heureux ? Oui. Bravo à ce véri­table champion.

Vous y avez cru tout au long du match ?

Ce soir, oui, je croyais que je pouvais le faire, j’avais la bonne menta­lité. Vous le devez quand vous jouez contre un tel joueur. A Toronto, quand on s’était affronté, on avait disputé une grosse bataille, j’avais été très satis­fait de la manière dont j’avais joué. Il avait juste été meilleur que moi, à la fin. Ce soir, j’avais un plan de jeu. Avec le recul, j’ai aussi été favo­risé par les condi­tions de jeu. C’était dur, avec ce vent tour­billon­nant. Je suis vrai­ment heureux et fier de ce que j’ai réalisé cette nuit, contre un aussi grand joueur, qui a dominé le tennis ces deux dernières années. J’ai su saisir les oppor­tu­nités qu’il m’a offertes. Je pense avoir extrê­me­ment bien joué et profité de toutes les opportunités.

C’est pour des moments comme celui‐ci que vous jouez encore ?

C’est sûr.

Comment vous avez perçu le soutien du public ?

C’était super. Dans ce type de gros événe­ments, c’est toujours un plaisir d’affronter le numéro un mondial. Comme je l’ai dit, c’est pour ces moments‐là que je joue encore au tennis, ce sont ces moments que j’apprécie le plus, jouer dans ces grands stades, un huitième, un quart ou mieux, contre les meilleurs joueurs du monde. Affronter Novak et jouer mon meilleur tennis comme je l’ai fait à ce moment de ma carrière, c’est juste incroyable. C’est l’une des plus belles victoires de ma carrière et j’espère que les fans ont apprécié. 

C’était quand, la dernière fois que vous avez joué à ce niveau tout au long d’une rencontre ?

Je ne sais pas. L’année dernière, j’ai quelques bons résul­tats. A Halle, notam­ment, où j’ai gagné le tournoi. D’ailleurs, vous revenez toujours aux matches que vous avez gagnés contre les meilleurs joueurs, comme celui contre Roger (Federer, qu’il a battu en finale, à Halle), pour recenser vos meilleures rencontres. Quand vous regardez les résul­tats de Novak ces deux dernières années, c’est juste dingue. Ce soir (hier), c’était un énorme chal­lenge. Dominer comme Novak l’a fait, comme Roger aussi l’a fait ces huit ou neuf dernières années, comme Rafa y est aussi parvenu, en main­te­nant un tel niveau de jeu, en étant aussi diffi­cile à battre, c’est quelque de vrai­ment spécial. Ce n’est pas un don que tout le monde possède. Je suis heureux de l’avoir eu ne serait‐ce qu’un petit peu, ce soir (hier).

Il a gagné 11 points consé­cu­tifs dans le deuxième set, pour refaire son retard. A ce moment‐là, beau­coup, dans le stade, se sont dits que vous aviez laissé passer votre chance…

Oui, je menais 3–1, j’ai eu quelques balles de break, je ne les ai pas conver­ties. Ensuite, j’ai perdu, je ne sais plus, huit point d’affilée – je n’étais fran­che­ment pas content de la manière dont j’ai gâché ces points – et j’ai été mené 4–3. Je n’ai pas joué les bons coups, je n’ai pas fait les bons choix. Du coup, j’ai essayé de reprendre mes esprits au chan­ge­ment de côté. Je me suis dit : essaie de tenir, de revenir à 4–4 et de main­tenir la pres­sion. Si tu as une oppor­tu­nité, joue un petit peu diffé­rem­ment qu’avant. C’est exac­te­ment ce qui s’est passé.

Quelques mots sur Gilles Simon, ton prochain adver­saire, en quarts de finale ?

C’est un excellent contreur, un mur. Il se déplace extrê­me­ment bien. Il utilise parfai­te­ment la géomé­trie du court, il varie beau­coup. Vous (les jour­na­listes) ne parlez pas beau­coup de lui, mais il est toujours là, entre la 20ème et la 10ème place, depuis plusieurs années. Il a beau­coup de talent. De mon côté, je peux essayer de varier à nouveau mon jeu et d’être agressif quand je dois l’être. Je dois jouer de la même manière que je l’ai fait ce soir, avec beau­coup d’agressivité, rentrer dans la balle… et j’espère que ce sera une belle soirée, avec du beau tennis.

Article précédentAzarenka forfait
Article suivantLe programme de mercredi