AccueilATPATP - Monte CarloDjokovic : "J'ai toutes les raisons d'être positif"

Djokovic : « J’ai toutes les raisons d’être positif »

-

Vainqueur de l’Open d’Australie en janvier, Novak Djokovic a ensuite déçu lors de la tournée améri­caine Indian Wells – Miami. Le numéro 1 mondial a fait le point sur sa situa­tion lors du tradi­tionnel media day sur le Rocher. Morceaux choisis.

Sur le Masters 1000 de Monte‐Carlo…

« C’est cool de jouer à la maison. Je connais très bien les gens qui travaillent au club, c’est une sensa­tion unique. La trans­for­ma­tion du club, qui est toujours calme toute l’année, en mode tournoi est toujours impres­sion­nante. C’est l’un de mes tour­nois préférés. J’ai hâte d’être sur le court. »

Sur son approche de Roland‐Garros…

« Il serait meilleur d’aborder Roland‐Garros en ayant gagné un des trois gros tour­nois (Monte‐Carlo, Madrid ou Rome) de prépa­ra­tion. Dans le même temps, j’ai déjà réalisé de très bons parcours à Roland‐Garros dans le passé sans en avoir gagné un. Ce n’est pas quelque chose qui affec­tera mon état d’esprit avant Roland‐Garros, mais oui, cela aidera à ma confiance si j’en gagne un. »

Sur sa mauvaise passe à Indian Wells et Miami…

« J’ai eu une longue pause, cinq semaines sans jouer un match offi­ciel. Je n’ai pas réussi à trouver le bon rythme à Indian Wells et j’ai perdu à mon deuxième match. À Miami, j’ai eu un meilleur niveau de tennis qu’à Indian Wells. J’avais très bien commencé contre Bautista Agut, j’ai raté des occa­sions de break et le match a tourné. J’étais déçu car je commen­çais à jouer de mieux en mieux et je pouvais aller plus loin. Chaque athlète a des périodes où il se sent à son meilleur niveau et parfois il connaît des diffi­cultés. Ce n’est pas la première fois de ma carrière que cela m’arrive. Maintenant, je suis là, je suis numéro 1 mondial alors j’ai toutes les raisons d’être positif et d’avoir la confiance avant ce tournoi et la saison sur terre battue. »

Sur ses sensa­tions sur terre battue…

« La terre battue est une surface beau­coup plus exigeante physi­que­ment et tacti­que­ment. Il faut être plus patient, plus résis­tant et être capable de construire les points. Avec mon staff, ça fait main­te­nant plus de huit jours que je m’entraîne sur cette surface avec énor­mé­ment d’intensité. Je suis impa­tient de commencer. »

De votre envoyé spécial à Monte‐Carlo

Instagram
Twitter