AccueilATPATP - Monte CarloNadal : "J'ai besoin de temp"

Nadal : « J’ai besoin de temp »

-

Chahuté par Grigor Dimitrov en quarts de finale à Monte Carlo, Rafael Nadal est revenu sur ce match en confé­rence de presse. Le Majorquin évoque égale­ment son duel à venir face à Jo‐Wilfried Tsonga, tout en éludant une ques­tion sur ses problèmes physiques.

Ce fut un jour diffi­cile pour vous. Est‐ce que vous pouvez expli­quer pourquoi ?
C’est juste un match de tennis normal, mais diffi­cile. J’affrontais un très bon joueur et j’ai gagné 6–4 au 3e après un gros combat. C’est quelque chose de normal en quarts de finale d’un Master 1000. 

Pensez‐vous que Dimitrov ait le poten­tiel pour être dans le Top 10 rapidement ?
Pourquoi pas ? J’ai toujours eu le senti­ment qu’il pouvait le faire. Cela dépend aussi de sa moti­va­tion et de sa capa­cité à conti­nuer à travailler dur et progresser. Mais c’est sûr que c’est un très bon joueur. Il a tous les coups. Il a vrai­ment tout ce qu’il faut pour devenir un très bon joueur. Cela dépend de lui maintenant.


De votre côté, vous avez fait plus de fautes que d’ha­bi­tude. Il y a une raison à cela ?

J’ai fait un premier set fantas­tique et c’est très impor­tant. Cela montre que mon niveau de jeu est là et que je peux le repro­duire. Mais je n’ai pas joué au tennis pendant 7 mois. Alors il y a des moments où je perds un peu d’in­ten­sité en match. C’est quelque chose de normal. J’ai besoin de temps. Encore une fois, ce que je retiens du match c’est la capa­cité que j’ai eu à produire mon meilleur tennis dans le premier set.

Demain, il faudra certai­ne­ment jouer comme cela pendant deux sets pour battre Tsonga…
Si je n’y arrive pas, je rentre chez moi. Ou plutôt je vais à Barcelone. C’est tout. C’est le sport, c’est le jeu. On peut gagner et perdre aussi. Si j’ar­rive à jouer comme dans le premier set, j’aurai une chance, c’est certain. Si je n’y parviens pas, ça deviendra problé­ma­tique. Mais c’est le sport. J’espère être prêt à relever ce défi demain en jouant bien. On verra ce que ça donnera.

Vous vous êtes touché le dos à plusieurs reprises. Un souci physique ?
Oui. Mais je ne veux pas en dire plus parce que c’est la seule chose que vous allez écrire sinon. Je suis content d’être en demi‐finale. Et c’est normal d’avoir des problèmes au dos, à l’épaule, au coude… Je n’ai pas joué pendant 7 mois. […] Alors forcé­ment, le corps a besoin de se réadapter à la compé­ti­tion, de se réadapter à cette haute inten­sité qu’exige ce sport. 


Que faudra‐t‐il faire pour battre Tsonga demain ?

Il faudra que je joue bien et que je fasse en sorte que mon adver­saire ne soit pas trop inspiré demain. Sinon, c’est toujours la même chose : quand j’af­fronte les meilleurs joueurs du monde, la seule chose à laquelle j’as­pire, c’est de produire mon meilleur tennis, tout en espé­rant que mon adver­saire ne soit pas dans son meilleur jour. 


De votre envoyée spéciale à Monte Carlo

Article précédentDjokovic pas si facile
Article suivantDimitrov, héroïque !