AccueilATPATP - Monte CarloNadal, maître en ses terres

Nadal, maître en ses terres

-

En à peine 1h18, Rafael Nadal domine Novak Djokovic en finale à Monte Carlo (6–3 6–1). Largement supé­rieur à son adver­saire ce dimanche, le Majorquin remporte ainsi son 8e titre d’af­filée en Principauté. Novak l’a peut‐être battu sur l’ocre de Madrid et de Rome. Mais à Monte Carl’, le boss, c’est bien Rafa !

« Je suis désolé pour ma perfor­mance aujourd’hui » déclare, en fran­çais, Novak Djokovic lors de la céré­monie de remise des prix. Désolé, il peut l’être le Serbe. Pas du tout dans son assiette ce dimanche, le numéro 1 mondial a rendu une copie bourrée d’er­reurs : le bilan est simple, sur l’en­semble du match, Novak a commis 25 fautes directes pour 11 coups gagnants seule­ment. Face à n’im­porte quel joueur, ce genre de stats’ rend le match compliqué. Mais contre Nadal, cela devient fran­che­ment impossible.

Le Majorquin, lui, a fait son match. Servant parti­cu­liè­re­ment bien (3 aces, 68% de premières balles, 85% des points gagnés derrière), couvrant toujours aussi bien son terrain, le numéro 2 mondial a joué un tennis solide et propre. Bref tout le contraire d’un Djokovic qui n’a eu que de trop rares fulgu­rances et n’a jamais su rentrer dans son match. 

C’est d’ailleurs pour­quoi il est diffi­cile de tirer de réels ensei­gne­ments rela­tifs à la riva­lité Nadal – Djokovic à la suite de cette rencontre. Certes le Majorquin a enfin réussi à rebattre le Serbe dans une finale – cela n’était plus arrivé depuis l’US Open 2010 – mais la bagarre à laquelle nous avions l’ha­bi­tude d’as­sister entre ces deux hommes depuis 15 mois n’a pas eu lieu. Car Djokovic n’a jamais su – pu ? – entrer dans la bataille et combattre comme il sait le faire. 

Toujours est‐il que Nadal, en seigneur, remporte son 8e titre d’af­filée à Monte Carlo. Qu’il arrive légè­re­ment blessé, sans réelle prépa­ra­tion, ou en grande confiance, Rafa est toujours aussi fort en Principauté. Où s’arrêtera‐t‐il ? 9 ? 10 ? 15 titres ? L’avenir nous le dira !

De votre envoyée spéciale à Monte Carlo

Article précédentNadal corrige Djokovic
Article suivantFederer va le boire ce café