AccueilATPATP - MontpellierGasquet : "Une grande victoire pour moi"

Gasquet : « Une grande victoire pour moi »

-

Crédit photo : Open Sud de France

Richard Gasquet dispu­tera sa sixième finale consé­cu­tive à l’Open Sud de France et visera un quatrième trophée. Le Biterrois a réalisé l’ex­ploit d’écarter David Goffin (6–4, 0–6, 6–3) en demi‐finale. Le Tricolore revient sur sa performance.

Richard, cette victoire a‑t‐elle une saveur particulière ?

C’est un des meilleurs joueurs au monde, alors oui c’est une grande victoire pour moi. Je suis très heureux de la manière dont j’ai joué, en étant très bon dans les moments impor­tants du match. C’est le joueur le mieux classé que j’ai battu ici, alors c’est sans doute la plus belle victoire. Il y a eu des moments diffi­ciles au deuxième, mais j’ai trouvé les ressources mentales, tennis­tiques et physiques pour gagner au troi­sième. C’est un très beau tournoi pour moi depuis le début avec quatre très bons matchs. Mais ce n’est pas fini !

Comment avez‐vous vécu les sept jeux perdus de suite ?

Le premier set était très dur, avec beau­coup de rallyes. David joue avec une cadence ultra rapide. J’ai eu du mal au début du deuxième où il me retourne très bien. Il a mené assez vite 3–0 et 4–0 et j’ai lâché un peu pour me concen­trer sur le troi­sième. L’entame du dernier set était impor­tante. Je ne m’attends pas à gagner ce jeu à 3–3, 40–0 sur son service. Ça m’a donné confiance pour la suite, car derrière, je remporte les jeux diffi­ciles. De 3–3 à 5–3, c’est la clé du match.

Que repré­sente cette sixième finale ici, à Montpellier ?

C’est ines­péré et assez incroyable. Il y a eu des moments très durs, mais à chaque fois j’y suis arrivé. En 2012, j’avais perdu en quarts, alors si on m’avait dit que j’allais faire six finales de suite, je n’y aurais jamais cru. Quand tu joues en France, il y a toujours un petit truc en plus. Le circuit est long, être à la maison donne quelque chose de parti­cu­lier. Je me sens bien ici.

Physiquement, comment vous sentez‐vous ?

Ça va bien depuis l’US Open, car je n’ai aucune douleur donc je peux jouer à très haut‐niveau. C’est la clé : si le physique tient, tu peux te battre avec les meilleurs. J’ai bien fini la saison et je peux défendre mes chances. Maintenant, je dois bien récu­pérer pour la finale. C’est impor­tant de faire des matchs à ce niveau pour la suite. C’est ce que je recherche pour retrouver un gros niveau.

Avez‐vous modifié votre prépa­ra­tion pour éviter les problèmes physiques ?

J’ai eu l’appendicite l’année dernière, ce n’était pas de chance… Malheureusement, j’ai repris un peu vite. Un kiné et un entraî­neur physique voyagent tous les jours avec moi et on travaille au quoti­dien comme les autres joueurs. On fait tout pour éviter les bles­sures. L’an passé je n’ai pas eu de réus­site avec ça, alors j’espère que ça ira mieux.

De votre envoyé spécial à Montpellier