AccueilATPATP – NewportQuand le Hawk‐Eye se trompe…

Quand le Hawk‐Eye se trompe…

-

Au cours de la demi‐finale de l’ATP 250 de Newport oppo­sant Alexander Bublik et Marcel Granollers (7–6(5), 3–6, 6–4), le Hawk‐Eye a rendu une drôle de déci­sion. Les deux hommes jouent le jeu décisif de la première manche (3–2 en faveur de Bublik) lorsque le Kazakh sert une première balle contestée par son adver­saire espa­gnol. Le Challenge est alors logi­que­ment utilisé. Seule diffé­rence, le tournoi de Newport propose la recons­ti­tu­tion offerte par le Hawk‐Eye et l’image réelle montrant le rebond de la balle en ques­tion, là où la plupart des tour­nois se contentent du résultat fabriqué par la tech­no­logie. Or, dans ce cas précis, il semble évident que le verdict rendu à l’issue de la véri­fi­ca­tion n’est pas fidèle à la réalité, la balle ayant clai­re­ment rebondi après la ligne. Ce litige permet donc de nous inter­roger sur l’uti­li­sa­tion de cet outil vidéo. Le résultat obtenu est‐il souvent diffé­rent du rebond réel ? Faut‐il accom­pa­gner la tech­no­logie de la vidéo de la balle comme cela se fait à Newport, et suivre la seconde en cas de litige ? Des ques­tions qui pour­raient revenir sur la table si une telle situa­tion se produi­sait à nouveau, sous les yeux de millions de télé­spec­ta­teurs par exemple. Rappelons qu’il existe d’autres solu­tions, telles que l’uti­li­sa­tion d’une photo­gra­phie de l’im­pact, pour remplacer l’in­ter­pré­ta­tion de la trajec­toire que constitue le « Challenge ».

Article précé­dentLe programme des finales
Article suivantLe programme des finales
Instagram
Twitter