Accueil ATP ATP – Rolex Paris Masters Monfils : « Le Masters était un concours de cir­cons­tances énorme »

Monfils : « Le Masters était un concours de circonstances énorme »

-

Gaël Monfils n’a rien pu faire. Totalement dépas­sé par la vitesse et les ful­gu­rances de Denis Shapovalov (6–2, 6–2), le Parisien s’arrête en quarts de finale du Rolex Paris Masters et ne dis­pu­te­ra pas le Masters de Londres. « Denis a été au niveau auquel je m’attendais. Il est en confiance, en forme et je n’avais pas les armes pour le contrer, a réagi le numé­ro 1 fran­çais en confé­rence de presse. Je n’ai pas le même niveau de jeu que cet été (en réfé­rence à sa vic­toire sur Shapovalov à l’US Open). Aujourd’hui (lire ce ven­dre­di), il n’y a pas de stress, il a très bien joué. Je n’ai pas réus­si à mat­cher avec lui. J’ai un niveau moyen qui me per­met de gagner cer­tains matchs pour arri­ver jusqu’ici. Denis est vrai­ment en confiance, il joue très bien et c’est com­pli­qué de mat­cher contre un joueur qui joue extrê­me­ment bien. »

Cette défaite met fin éga­le­ment à ses der­niers espoirs de qua­li­fi­ca­tion pour le Masters de Londres. Alors déçu ? « C’était un concours de cir­cons­tance énorme. Même si Jo a fait un énorme match, Berrettini rate son Bercy aus­si. Je n’avais pas les clés en main. Au début, c’est Bautista et Berrettini qui les avaient. Ils étaient devant moi. J’ai eu une chance infime. Dès le début du tour­noi j’ai eu beau­coup de réus­site avec le for­fait de Federer qui me dégage un peu plus le tableau. J’arrive à faire une demie à Vienne, c’est un miracle. Mon but était de finir dans le Top 10, il y avait une cerise sur le gâteau, mais c’était trop dur. »

De votre envoyé spé­cial à Bercy

Instagram
Twitter