AccueilATPATP - Rolex Paris MastersMurray : "Je ne me mets pas une pression supplémentaire"

Murray : « Je ne me mets pas une pression supplémentaire »

-

Qualifié pour le dernier carré du BNP Paribas Masters après sa victoire sur Tomas Berdych (7–6(9) 7–5), Andy Murray s’est rapproché de la première place mondiale.

Un match. Pour s’emparer de la première place mondiale, Andy Murray doit remporter sa demi‐finale du BNP Paribas Masters. Pour s’offrir le droit de réaliser son rêve, le Britannique a dominé Tomas Berdych (7–6(9) 7–5) après avoir sauvé sept balles de premier set, dont cinq en étant mené 6–1. « Je ne m’attendais pas à remporter le premier set. À 6–1, les joueurs ne renoncent pas mais il est diffi­cile de remporter une manche quand on est mené dans le tie‐break. Il faut jouer chaque point et quand on revient à 6–4, l’adversaire devient plus tendu. Il a fait plus d’erreurs à ce moment‐là. J’ai pu capi­ta­liser dessus. »

Avant de rentrer dans la salle pari­sienne, l’Écossais venait de voir l’élimination de Novak Djokovic par Marin Cilic. De quoi lui rajouter de la pres­sion ? « Avant le match, j’étais un peu plus nerveux qu’au début de la semaine. Mais une fois sur le court, je n’ai pas senti une diffé­rence avec les autres matchs. Je n’ai pas joué diffé­rem­ment. C’était un match que je voulais gagner comme les autres. »

Le Britannique a une occa­sion en or d’atteindre la première place mondiale. Néanmoins, il refuse de parler d’une quel­conque « finale ». « Ce n’était pas mon objectif au début de la semaine, ni il y a deux ou trois mois. Être numéro un mondial ne dépend pas d’un seul match. Cela vient du travail sur toute une année. Si cela ne se produit pas demain, cela pourra arriver dans quelques mois. Je ne me mets pas une pres­sion supplé­men­taire parce que je pense que j’aurai l’opportunité d’y parvenir dans le futur. »

De votre envoyé spécial à Bercy