AccueilATPATP - Rolex Paris MastersNadal : "Je n'ai pas bien joué"

Nadal : « Je n’ai pas bien joué »

-

Bousculé par Marcel Granollers pour son entrée en lice à Bercy, Rafael Nadal n’était pas content de son match. Le numéro 1 mondial s’est trouvé lent, imprécis brouillon. Bref pas très bon. Interview…

Le match était serré ce soir, plus que lors de vos précé­dentes rencontres face à lui. Pourquoi selon vous ? Est‐ce à cause de la surface ou parce que vous n’avez pas joué depuis longtemps ?

C’est facile. Quand votre adver­saire sert bien et que vous ne jouez pas votre meilleur niveau, les matchs deviennent très serrés, surtout sur une surface comme celle‐là. Je n’ai pas bien joué ce soir. C’est quelque chose qui peut arriver après être resté quelques semaines sans jouer, surtout après ne pas avoir joué depuis long­temps sur ce type de surface indoor. De son côté, il a fait beau­coup de bonnes choses. Il est monté à la volée très souvent. Mes jambes ne répon­daient pas bien ce soir, je n’avais pas de rythme. J’étais beau­coup plus lent que d’ha­bi­tude. J’ai fait beau­coup d’er­reurs, des erreurs faciles en plus. Et même sur des points impor­tants, j’ai fait des erreurs que je ne dois pas faire. Voilà ce qui s’est passé. Il va falloir que je m’amé­liore beau­coup d’ici demain. 

Pourquoi est‐ce si diffi­cile pour vous de vous adapter à ces surfaces indoor ?

Ce qui est positif aujourd’hui, c’est que j’ai gagné. Cela semble évident mais au bout du compte, je vais pouvoir jouer demain encore. J’aurai ainsi une chance de mieux jouer. Et si je joue mieux demain, je pourrai jouer après‐demain. J’ai confiance. Je crois que je peux faire un grand pas en avant demain et jouer être bien meilleur. Je vais surtout essayer de bien m’en­traîner et bien m’échauffer avant le match. Parfois, ce sont des petites choses qui font la diffé­rence. Il est vrai aussi que j’étais tendu pour ce premier match en indoor depuis long­temps. Je savais que j’af­fron­tais un adver­saire diffi­cile qui n’al­lait pas me permettre de frapper plusieurs balles dans la même posi­tion en cassant le rythme tout le temps. Et puis il y a ce premier point où je fait un super retour, et sur le premier coup droit que j’ai l’occasion de frapper en bonne posi­tion, je me rate. Ce n’est pas idéal pour commencer un match. Ensuite, j’ai accu­mulé les erreurs bêtes en coup droit. Je ne me sentais pas à l’aise, je n’étais pas en confiance.

Et main­te­nant Janowicz. Ce n’est pas l’ad­ver­saire idéal pour se régler…

Tous les joueurs sont diffi­ciles à jouer, surtout en huitième de finale d’un Masters 1 000. Quel que soit l’ad­ver­saire, cela aurait été une mauvaise nouvelle de toute façon. Il n’y a pas d’ad­ver­saire facile sur une surface comme celle‐là dans un tournoi aussi diffi­cile que celui là. Concernant Janowicz, je pense qu’il sera parmi les tout meilleurs dans les prochaines années. Son service est incroyable. Il joue très bien du fond du court. Il se déplace très bien pour un joueur aussi grand. Il a beau­coup d’atouts dans son jeu. Je m’at­tends donc à un match diffi­cile demain. Je me souviens d’un premier set très dur que j’avais fait contre lui à Montréal cet été. Alors voilà, je vais essayer d’être agressif et de jouer avec un peu plus d’in­ten­sité. J’espère que le match m’amè­nera à cette inten­sité sinon je n’aurai aucune chance. J’espère être prêt et demain.

De votre envoyée spéciale à Bercy

RAFA, MON AMOUR
Le livre « Rafa, mon amour » est dispo­nible en pré‐réservation.

112 pages pour décou­vrir l’uni­vers de Rafael Nadal, son mythe, sa légende et des témoi­gnages exclu­sifs à décou­vrir très vite dans cet ouvrage réalisé par la rédac­tion de Welovetennis. N’attendez plus !