AccueilATPATP - RomeDjokovic - Nadal : Choc au sommet

Djokovic – Nadal : Choc au sommet

-

Proposé le 20 mai. Reposté le 21 mai à 10h


Après leur raté sur la terre bleue de Madrid, Novak Djokovic, tenant du titre, et Rafael Nadal, quin­tuple vain­queur à Rome, se retrouvent en finale à Rome sur ocre, pour un dernier combat avant Roland‐Garros

Rome tient son affiche de stars, entre Novak Djokovic et Rafael Nadal, c’est l’un des plus beau match sur le circuitil est diffi­cile de faire mieux comme finale d’un Masters 1 000. Comme en 2011, le Serbe et l’Espagnol s’af­fron­te­ront dans le dernier Masters 1000 avant Roland Garros. L’an passé, Djokovic avait pris le meilleur sur Rafa. Retrouver ces deux joueurs en finale est presque normal. A eux deux, Nadal et Djokovic ont remporté les sept derniers titres à Rome. L’Espagnol visera son sixième titre et un 21ème Masters 1000. De son côté, le Serbe aime­rait bien décro­cher son troi­sième titre en Italie et son 12ème titre en Masters 1000.

Dans leurs confron­ta­tions directes, Rafael Nadal mène 17 victoires pour 14 défaites. Sur terre les deux hommes se sont affrontés à 12 reprises. L’Espagnol a battu le Serbe sur la surface déjà 10 fois. Leur dernière rencontre remonte à quelques semaines à Monte Carlo, Nadal s’était imposé faci­le­ment 6–3 6–1 mais rappe­lons que le Serbe venait d’ap­prendre le décès de son grand‐père. Cet après‐midi l’his­toire sera tout autre car Nole est en forme, après sa victoire face à Roger. 

Mais dimanche, ce ne sera pas le même match. Car après la démons­tra­tion de Djokovic face à Roger Federer, en demi‐finales 6–2, 7–6, il a prouvé qu’il savait retrouver son effi­ca­cité avant les grandes échéances. Pour l’Espagnol, c’est l’oc­ca­sion de marquer des points avant Roland Garros mais aussi au niveau ATP. En effet si Nadal bat Djokovic, il rede­vien­drait numéro deux mondial. S’il venait à perdre pour la huitième fois en neuf finales face au Serbe, il lais­se­rait encore cette place à Roger Federer. Une rencontre à suivre à partir de 12h.

Avant d’en découdre sur la terre battue de Rome, retour sur la finale stra­to­sphé­rique de l’Open d’Australie

Article précédentLe programme de lundi
Article suivantSoderling, une bonne nouvelle