AccueilATPATP - RomeDjokovic préfère le rouge

Djokovic préfère le rouge

-


Bonne entrée en matière pour Novak Djokovic dans le tournoi de Rome. Le Serbe écarte Bernard Tomic, 6–3 6–3, et se qualifie pour le troi­sième tour. Malgré un bon match, l’Australien est tombé sur un adver­saire dési­reux de faire oublier son élimi­na­tion sur la terre battue bleue de Madrid, la semaine dernière.

Autant on l’a trouvé hési­tant, incons­tant et agacé dans la capi­tale espa­gnole, autant Djokovic nous a montré un visage conqué­rant, confiant et déter­miné dans la capi­tale italienne. La diffé­rence ? La surface. Ou, plutôt, la couleur de la surface. Face à Bernard Tomic, 32ème à l’ATP, le numéro 1 mondial a remis les pendules à l’heure, lui qui n’avait plus perdu avant les demi‐finales d’un tournoi, en jouant, depuis Bercy 2010. Rapidement devant – 4–0, double break – il a retourné de très belle manière, tout en trou­vant de bonnes zones au service. Mais, à 5–2, au moment de servir pour le set, le Serbe a un peu flanché et subit le retour de son adver­saire, bien décidé à ne pas se laisser faire malgré un début de match timide. Surprenant de constance lors des échanges en fond du court, Tomic tient la distance, mais cède le premier set, 6–3.

Sans se décou­rager, il riva­lise avec Djokovic sur les longs points et l’oblige à trouver des angles diffi­ciles pour finir le point. Breaké lors du sixième jeu du deuxième set, il ne parviendra cepen­dant pas à revenir à hauteur, et s’incline logi­que­ment en 1h10, 6–3 6–3. Ce match reste malgré tout un bon test pour le Serbe qui a pu prendre confiance sur cette « nouvelle » terre battue. Subissant (volon­tai­re­ment ?) certains coups de boutoir de l’Australien, il a su défendre de manière djoko­vique et montrer qu’il se sentait plus à l’aise qu’à Madrid. Il n’a pas trop le choix d’ailleurs, parce qu’ici aussi, il a un titre à défendre. Prochaine étape pour espérer le recon­quérir : Radek Stepanek ou Juan Monaco. Et, contrai­re­ment à l’Australien de 19 ans, eux, ce ne sont pas des bleus…

Le livre « Grand Chelem, mon amour » est dispo­nible. Retrouvez les 40 matches de légendes de la décennie 2001–2011. Un livre de la rédac­tion de GrandChelem/Welovetennis.