AccueilATPATP - RomeNadal reprend la main !

Nadal reprend la main !

-

Rafael Nadal domine Novak Djokovic à la régu­lière en finale à Rome (7–5 6–3 en 2h20). Après sa victoire à Monte Carlo, l’Espagnol confirme qu’il reprend la main sur terre battue face au Serbe. Mais sa marge reste étroite et le suspense demeure entier pour Roland Garros !

Après le « non‐match » de Monaco, Rafael Nadal voulait sa victoire réfé­rence sur Novak Djokovic avant Roland Garros. C’est donc à Rome qu’il l’ob­tient, à moins d’une semaine du grand rendez‐vous pari­sien, et de quelle manière. Tant tacti­que­ment que menta­le­ment, Nadal a prouvé qu’il était de nouveau capable d’aller battre sa bête noire de la saison passée. 

Décidé d’en­trée de match à se montrer très offensif, Rafa n’hé­site pas à monter au filet. Cela fonc­tionne plus ou moins bien mais c’est néan­moins suffi­sant pour aller cher­cher le premier break du match à 2–2. Soudain réveillé par cette première alerte, Djokovic entre alors vrai­ment dans son match. Les deux pieds bien à l’in­té­rieur du court, le Serbe reprend le contrôle des échanges. Il dicte le jeu et Nadal court. Il impose sa cadence et Nadal subit. Débreakant dans la foulée, Novak semble alors prendre l’as­cen­dant. Très mena­çant sur les enga­ge­ments adverses, il est même tout proche de se procurer une balle de set à 5–4 30A, alors que Rafa est au service. C’était sans compter sur une erreur d’ar­bi­trage presque déci­sive qui prive le Serbe d’un point tout fait. Sans se décon­cen­trer, Nadal boucle son jeu de service (5–5) et profite des hési­ta­tions adverses pour breaker (6–5). Car en face, Djoko’ bouillonne. Incapable d’éva­cuer ce fait de jeu de ses pensées, le Serbe perd le fil et la première manche avec (7–5). Ce set qui lui était presque promis lui échappe donc après une heure et quart de jeu. Et ça, c’est fran­che­ment douloureux.

D’autant plus doulou­reux lorsque l’on sait que depuis 2005, Rafael Nadal n’a perdu que deux matches sur terre battue, pour 199 victoires, après avoir gagné le premier set. Mathématiquement, le Serbe a donc moins de 1% de chances de l’emporter. Dès lors, comment peut‐il encore espérer gagner ce match alors que cette erreur d’arbitrage mine toujours son mental ? Breaké d’entrée de second set, le numéro 1 mondial n’en finit pas d’envoyer des signaux néga­tifs. Où sont passées sa patience, ses construc­tions de points et sa déter­mi­na­tion du premier set ? Alors qu’il multi­plie les fautes – 41 sur l’ensemble du match – Nadal, lui, monte en puis­sance. Sans donner d’angle à son adver­saire, l’Espagnol soigne ses trajec­toires et s’efforce de tout ramener dans le court. En défense, il est excep­tionnel. Dans le petit jeu au filet, il mystifie le Serbe. Bref, Nadal est véri­ta­ble­ment en train de dégouter son adver­saire qui ne sait plus vrai­ment comment gagner un point. 

Après 2h20 de jeu et sur une dernière double faute serbe, le Majorquin conclut l’affaire, 7–5 6–3. Si ce match était, il est vrai, très serré, Rafael Nadal a prouvé qu’il était de retour à son tout meilleur niveau sur terre battue. Les blocages psycho­lo­giques face à Novak Djokovic sont oubliés. La confiance est de retour. Cela tombe bien, Roland Garros, c’est dans 6 jours. 

Article précédentLe titre pour Nadal !
Article suivant21e Master 1000 pour Nadal