Accueil ATP ATP - Rome Que retenir du retour de Federer ?

Que retenir du retour de Federer ?

-

Trois ans après, Roger Federer a effectué son grand retour sur terre battue. Alors qu’il avait prévu un seul tournoi (Madrid), Roger Federer a rajouté Rome. Quel bilan faut-il en faire ? Tentatives de réponses.

Malgré trois ans d’absence sur terre battue, Roger Federer a parfaitement su retrouver ses repères et y adapter son jeu vers l’avant. Certes le Suisse n’a pas disputé de finale ou de demi-finale en deux tournois et il a remporté deux duels en écartant des balles de match (Gaël Monfils à Madrid et Borna Coric à Rome). Les mauvaises langues diront alors qu’il est passé par la petite porte. Mais pour un joueur de presque 38 ans (le 8 août prochain) et qui n’avait plus disputé un match sur ocre depuis trois ans, le bilan est positif. Arrivé sans « trop d’attentes » comme il l’avait dit en débarquant à Madrid, le Bâlois clôt sa tournée sur terre avec des certitudes. L’actuel numéro 3 mondial a prouvé qu’il était capable de pratiquer son jeu vers l’avant sur cette surface et c’est d’ailleurs ce qui l’a sauvé face à Gaël Monfils lors du huitième de finale de Madrid. Il n’a pas dérogé à cette volonté de faire le jeu quitte à faire preuve d’une certaine inconstance comme face à Borna Coric. Mais au final, ça paie. Et à ceux qui pensaient qu’il était en tournée d’adieux sur terre battue, sa rage de vaincre à l’issue de la rencontre face au Croate démontre le contraire.

Gasquet : « Il peut faire demi-finale »

Richard Gasquet, sa première victime dans la capitale espagnole, avait tenu à remettre les pendules à l’heure : « Il s’agit de Roger Federer, il a grandi sur cette surface. Toute sa vie, il a joué sur terre battue. À Roland-Garros, on sait qu’il peut se passer beaucoup de choses dans le tableau. Il y a des adversaires qui peuvent perdre et il peut se retrouver en demi-finale. » Roger Federer, qui avait initialement prévu de disputer uniquement Madrid, a eu la bonne idée de rajouter Rome à son programme. Un choix qu’il avait justifié par les mauvaises conditions météos en Suisse. L’ancien numéro 1 mondial a surtout pu évoluer dans des conditions proches de Roland-Garros et au niveau de la mer. À Madrid avec l’altitude, les balles volent plus et le jeu est plus rapide. S’il a préféré ne prendre aucun risque en se retirant avant le quart de Rome, son physique a plutôt tenu avec environ 8h50 sur les courts en deux tournois et cinq matchs. Ce sera la clé d’un bon parcours à Roland-Garros où les rencontres seront en cinq sets. Une toute autre histoire.

Instagram
Twitter
Facebook
Facebook