AccueilATPATP - WashingtonDel Potro a toujours envie

Del Potro a toujours envie

-

Juan Martin Del Potro (32ème) débute ce mardi soir sa tournée améri­caine esti­vale. Opposé au deuxième tour du tournoi de Washington au Slovaque Lukas Lacko (119ème), il compte bien accu­muler de la confiance pour marquer les esprits à l’US Open.

Après presque un mois d’ab­sence, revoilà donc Juan Martin Del Potro ! L’Argentin débute son mois d’août par le tournoi de Washington, où, en tant que tête de série, il a été dispensé du premier tour. Ce mardi soir, il sera opposé au modeste Slovaque Lukas Lacko, un adver­saire plutôt à sa portée qu’il a battu lors de leur dernière confron­ta­tion en 2011. Une éter­nité pour le géant Sud‐Américain, qui a traversé de nombreuses épreuves et bles­sures pendant toutes ces années. 1045ème au clas­se­ment ATP il y a à peine dix‐sept mois, il est désor­mais revenu dans le top 40 et sera même sûre­ment tête de série à l’US Open. Son moteur ? L’amour de son sport, comme il l’a récem­ment révélé dans une inter­view. « Je me fiche d’être 30ème ou 50ème mondial, je veux juste jouer au tennis. Bien sûr que je préfé­re­rais revenir dans les meilleurs joueurs dans le futur, mais je sais comme c’est diffi­cile. Alors, je continue à jouer au tennis. J’aime ce que je fais, et je suis heureux comme ça. »

Mais où en est Del Potro aujourd’hui ?

Alors, Lukas Lacko peut‐il faire vaciller la Tour de Tandil ? A priori, non. Joueur assez modeste, dont le seul fait d’arme en 2017 est d’avoir atteint le troi­sième tour de l’Open d’Australie, il se distingue plus dans les Challengers que sur le circuit prin­cipal. Mais Juan Martin Del Potro n’est pas non plus dans une forme opti­male. En effet, il alterne un peu le chaud et le froid depuis quelques mois. Après son excel­lente fin d’année 2016 (médaille d’argent aux Jeux Olympiques, quart de fina­liste à l’US Open, titre à Stockholm et la victoire finale en Coupe Davis), il a préféré effec­tuer une plus grande prépa­ra­tion hiver­nale, sacri­fiant donc l’Open d’Australie. Son bon retour à Delray Beach (demi‐finale) n’a pas été suivi de résultat très probants (quart de fina­liste à Rome, troi­sième tour à Indian Wells, Miami et Roland‐Garros), et lors de son dernier tournoi, à Wimbledon, il s’est arrêté au deuxième tour face à Ernest Gulbis (6–4, 6–4, 7–6(3)). Une année 2017 en demi‐teinte, et bien loin de son meilleur niveau, qu’il va devoir retrouver avant la fin de l’année : il aura plus de 600 points à défendre.