AccueilATPAuger-Aliassime (à propos de sa défaite face à Nadal à Roland-Garros) :...

Auger‐Aliassime (à propos de sa défaite face à Nadal à Roland‐Garros) : « C’était un match étrange, car j’ai senti qu’il était un peu tendu, qu’il jouait court et qu’il faisait des erreurs inhabituelles »

-

Impressionnant depuis plusieurs semaines et qualifié pour les demi‐finales sur l’ATP 500 de Bâle après sa victoire sur Bublik ce vendredi (6−2, 6–3), Félix Auger‐Aliassime a donné une inter­view en marge du tournoi suisse au site The Slice Tennis. Une entrevue dans laquelle il revient notam­ment sur sa défaite en cinq sets face à Rafael Nadal en huitièmes de finale du dernier Roland‐Garros, un match où il se sentait proche de gagner. 

« C’était un match étrange, je veux dire qu’il y avait plusieurs parties parce que j’ai très bien commencé et j’ai senti qu’il était un peu tendu, qu’il jouait court et qu’il faisait des erreurs inha­bi­tuelles, mais tout de suite j’ai bien servi, ce qui m’aide toujours beau­coup. Et comme vous l’avez dit, j’avais de l’es­pace pour venir derrière mes coups, pour finir au filet, et j’ai eu l’im­pres­sion que les choses se passaient aussi bien qu’elles le pouvaient dans le premier set. Puis nous avons eu un début de deuxième set serré, il a fini par avoir une balle de break, qu’il n’a pas réussi à concré­tiser, et une fois qu’il m’a breaké pour la première fois, j’ai eu l’im­pres­sion que les choses se sont inver­sées. Il a gagné le set 6–3, puis 6–2, et j’ai eu l’im­pres­sion de voir ce que Rafa était vrai­ment à ce stade. Et après avoir été mené 2 sets à 1, j’étais aussi un peu fatigué physi­que­ment, et j’ai commencé à ne plus croire autant que je pouvais gagner, comme je l’avais fait dans le premier set. Mais, d’une certaine manière, les choses se sont inver­sées, je ne sais pas trop pour­quoi ni comment, mais j’ai eu comme un second souffle et j’ai recom­mencé à bien jouer, j’ai eu des occa­sions et je les ai saisies et c’est vrai que lorsque le 5e set a commencé, je croyais vrai­ment que je pouvais gagner, et nous étions au coude‐à‐coude jusqu’au milieu du set… mais à la fin, je ne me sentais plus si près de gagner. »