AccueilATPCaruso : "Nous faisons tout cela par amour du sport, en espérant...

Caruso : « Nous faisons tout cela par amour du sport, en espérant revenir à une vie normale le plus tôt possible »

-

Par ses sacri­fices, l’Open d’Australie de Craig Tiley avait offert aux joueurs et aux fans de tennis une véri­table paren­thèse enchantée grâce au retour du public. Un public bouillant qui plus est, ferveur austra­lienne oblige. Et ce n’est pas Salvatore Caruso qui dira le contraire. Eliminé au 2ème tour du Grand Chelem par son compa­triote Fabio Fognini au terme d’un match dantesque, le Sicilien regrette déjà plus que tout la présence de public dans les gradins, comme il le confie lors d’une inter­view à nos confrères d’Ubitennis.

« Je ne cache pas le fait que la meilleure partie de ce travail manque. Sans rien enlever à ceux qui travaillent au bureau – et je leur tire mon chapeau parce que leur travail est aussi diffi­cile – j’ai l’im­pres­sion d’aller au bureau tamponner la carte. Je quitte l’hôtel, je viens ici, je m’en­traîne et je retourne à l’hôtel. Ensuite, il n’y a pas de contact avec les fans car tu joues dans des stades vides et le soir tu ne peux pas t’amuser, tu ne peux pas sortir dîner – je ne parle pas d’aller faire la fête parce que ça nous manque­rait, nous sommes des profes­sion­nels et nous devons mener une vie saine. Nous n’avons pas l’ha­bi­tude, mais nous le faisons par amour du sport, en espé­rant revenir à une vie normale le plus tôt possible. »

Avant de se projeter sur la suite de la saison, qu’il espère plus chaleu­reuse : « Revenir bientôt jouer dans des stades pleins serait vrai­ment le top. Parfois, quand vous avez quelque chose entre vos mains, vous ne réalisez pas à quel point c’est impor­tant jusqu’à ce que vous ne l’ayez plus. J’espère qu’entre août et septembre, peut‐être avec le vaccin, nous pour­rons en profiter un peu plus en jouant au tennis. »

Nous aussi, Salvatore…

Instagram
Twitter