Accueil ATP Casablanca : Benneteau passe, Monfils out, Roland‐Garros accueille une revenante.

Casablanca : Benneteau passe, Monfils out, Roland‐Garros accueille une revenante.

-

Julien Benneteau se qua­li­fie pour les quarts de finale du tour­noi de Casablanca et rejoint ain­si deux autres Français : Marc Gicquel et Gilles Simon, en atten­dant Jo‐Wilfried Tsonga. Monfils s’est fait éli­mi­né en hui­tièmes. A Strasbourg, il ne reste que deux Françaises en hui­tièmes alors qu’à Roland‐Garros Brenda Schultz‐McCarthy, 38 ans, est aux portes du tableau principal.

Julien Benneteau a rejoint Marc Gicquel et Gilles Simon en quarts de finale du tour­noi de Casablanca en ter­ras­sant l’Uruguayen Pablo Cuevas (6–4, 6–4). Le Français s’é­tait arrê­té à ce stade de la com­pé­ti­tion l’an­née der­rière, stop­pé net par son com­pa­triote Marc Gicquel (3–6, 6–1, 6–1). Ce der­nier est lui aus­si pré­sent en quarts de finale où il affron­te­ra Gilles Simon. Les deux tri­co­lores sont venus à bout de Guillermo Coria pour le pre­mier, et de Boris Pashanski pour le second. 

Gaël Monfils s’est quant à lui incli­né devant l’Espagnol Oscar Hernandez en hui­tièmes de finale du tour­noi maro­cain. Le Français n’a fait qu’illu­sion devant le 95ème joueur mon­dial (6–3, 6–2). Hernandez sera oppo­sé à un autre Français en quarts de finale en la per­sonne de Julien Benneteau. Jo‐Wilfried Tsonga est oppo­sé en ce moment à Lamine Ouhab, 330ème mon­dial. Si il gagne, le Manceau joue­ra contre Santiago Ventura, tom­beur d’Arnaud Clement au pre­mier tour. 

A Strasbourg, il ne reste que deux Françaises en lice. Seules Marion Bartoli et Stéphanie Cohen‐Aloro ont réus­si à atteindre les huitièmes‐finales. Elles seront oppo­sées à la Chinoise Shuai Peng (66ème) et à l’Italienne Flavia Pennetta, tom­beuse de Nathalie Dechy au tour pré­cé­dent. En cas de vic­toire, la numé­ro 1 fran­çaise affron­te­ra Katarina Srebotnik au tour sui­vant alors que la 90ème joueuse mon­diale sera oppo­sée au vain­queur du duel entre l’Espagnol Ana Medina Garrigues, tenante du titre, et la Croate Ana Vrljic. 

A Roland‐Garros, Brenda Schultz‐McCarthy, ancienne numé­ro 9 mon­diale, est tou­jours en course pour le tableau final à l’âge de… 38 ans. La Néerlandaise est pass­sée pro­fes­sion­nelle en 1986 et à déjà atteint deux fois les hui­tièmes de finale de Roland‐Garros. C’était en 1988 et 1993. Elle a rem­por­té 7 titres dont un en 1991 contre lexia Dechaume‐Balleret. Brenda Schultz‐McCarthy est sur­tout connue pour son ser­vice ful­gu­rant, elle a d’ailleurs long­temps été la ser­veuse la plus puis­sante du cir­cuit. C’est ce même ser­vice qui a posé pro­blème à Chloé Babet lors du pre­mier tour des qua­li­fi­ca­tions. La jeune Réunionnaise, actuel­le­ment entrai­née par Nathalie Tauziat, n’a pas su contrer la puis­sance de son ainée, elle s’in­cline en deux sets 6–2, 6–2.

Instagram
Twitter