AccueilATPCela commence mal !

Cela commence mal !

-

Pour étrenner son futur trône de n°1 mondial, Rafael Nadal est tombé sur plus fort que lui, en l’oc­cur­rence Novak Djokovic, qui l’a battu en demi finale du Masters Series de Cincinnati (6–1, 7–5) en 1h26 de jeu et au terme d’un match de très grande qualité.

Première info offi­cielle : Rafael Nadal sera n°1 mondial le 18 août prochain, et pas avant. Seconde info : Novak Djokovic, après un léger creux estival, confirme sa superbe saison 2008 et se qualifie pour la finale du Masters Series de Cincinnati où il affron­tera Andy Murray.

Il aura fallu 26 minutes à Rafael Nadal pour rentrer dans son match : le temps pour Novak Djokovic de boucler un premier set excep­tionnel, où le Serbe a tout réussi, ou presque. 45% de 1er service certes, mais 80% de points gagnés au service, et 69% des points remportés au total, profi­tant égale­ment des seconds services de Rafa pour lui donner la leçon (75% de points gagnés). Voilà pour le n°3 mondial, quasi intou­chable pour un Rafael Nadal impuis­sant et dépassé par son adversaire.
La seconde manche fut plus conforme aux attentes soule­vées par cette affiche : des échanges magni­fiques, une rencontre plus équi­li­brée, mais toujours la même variante, à savoir une main‐mise sensible du Serbe sur le court, plus volon­taire et domi­na­teur dans les échanges. Le Serbe semblait simple­ment dans un très grand jour, et la hargne et la comba­ti­vité de l’Espagnol furent insuf­fi­santes devant une telle qualité de jeu déployée par Djokovic. Il réalisa le break au meilleur moment, sur sa seule et unique chance, à 5–5, et finit en roue libre pour se quali­fier pour sa 6ème finale de Masters Series de sa carrière (4 victoires/ 1 défaite). Cette victoire met un terme à 32 victoires consé­cu­tives de Nadal sur le circuit ainsi qu’une série de 5 titres consé­cu­tifs en tournoi.

Pour l’Espagnol, si la fatigue, ou une quel­conque décom­pres­sion peuvent être des expli­ca­tions plau­sibles à son match, force est de constater qu’il est tombé sur un très grand adver­saire, supé­rieur à lui (et sans doute à beau­coup d’autres) sur cette rencontre. Reste main­te­nant au futur n°1 mondial à se préparer pour le prochain grand rendez vous de la saison, à l’US Open (le Majorquin a laissé sous entendre que les JO ne seraient désor­mais pas un objectif majeur), où il étren­nera offi­ciel­le­ment son statut de leader du circuit masculin. 

Pour le grand vain­queur du jour, s’il réussit à confirmer en finale, face à un Murray qui semble depuis quelques semaines se rappro­cher des plus grands, la saison sur dur s’an­nonce passion­nante. Après avoir glané le titre à l’Open d’Australie, il pour­rait devenir la favori logique de l’US Open et être un sérieux préten­dant au titre olym­pique. Et surtout faire taire certaines critiques qui l’es­timent infé­rieur au duo Federer/Nadal.

Instagram
Twitter