AccueilATPCharles-Antoine Brézac : "L'idée qu'un joueur puisse entamer une procédure contre un...

Charles‐Antoine Brézac : « L’idée qu’un joueur puisse entamer une procédure contre un organisateur à cause du COVID‐19 est infime »

-

Coach au sein de la All In Academy, dont le fonda­teur est Thierry Ascione, Charles‐Antoine Brézac est aussi diplômé du barreau de Paris alors qu’il a eu une carrière de joueur profes­sionnel avec notam­ment le titre de cham­pion de France Interclubs avec son club de toujours le TC Quimperlé. 

Nous l’avons joint pour comprendre ce qui juri­di­que­ment allait être mis en place lorsque les joueurs allaient reprendre la compé­ti­tion concer­nant le COVID‐19. S’il y avait un risque pour les orga­ni­sa­teurs que les joueurs se retournent contre eux en cas de contamination ?

« Ce qui est clair, c’est que les orga­ni­sa­teurs ont un devoir d’in­for­ma­tion et là‐dessus les textes sont clairs. A chacun de trouver la bonne méthode, que ce soit de l’af­fi­chage sur le tournoi, par un message envoyé à chaque joueur. A partir du moment où l’or­ga­ni­sa­teur fait ce travail et démontre qu’il l’a fait avec le plus de dili­gence possible, il pour­rait être en mesure de démon­trer le respect de cette obli­ga­tion si par la suite il venait à être suivi par un joueur qui aurait attrapé le virus d’au­tant que le lien de causa­lité serait diffi­cile à prouver pour la victime. Après au‐delà de l’in­for­ma­tion, l’or­ga­ni­sa­teur devra aussi prendre les mesures pour mettre en place les condi­tions pour que les joueurs puissent se laver les mains, etc. » 

Comme l’ex­plique donc Charles‐Antoine Brézac : « L’idée qu’un joueur puisse entamer une procé­dure contre un orga­ni­sa­teur est infime sauf si celui‐ci ne respecte pas les règles minimum en vigueur. »