Accueil ATP Christian Bîmes :  » Quand 15 000 per­sonnes se sont levés pour…

Christian Bîmes :  » Quand 15 000 personnes se sont levés pour applaudir Tsonga, j’avais les larmes aux yeux »

-

On le sait main­te­nat après avoir vu les images de Jo‐Wilfried Tsonga débar­quant à l’aé­ro­port de Paris, Christian Bîmes pousse le cha­riot comme per­sonne. Mais notre bon pré­sident est sur­tout un grand émo­tif qui n’a pas pu se rete­nir au moment de la stan­ding ova­tion du public aus­tra­lien pour Tsonga lors de la finale face à Djokovic. Et un oeil bien exer­cé puisque c’est lui qui a éga­le­ment repé­ré le pull orange d’Apolline pen­dant la confé­rence de presse. Ca tombe bien, elle avait des ques­tions cachées dans son col roulé. 

On vous a vu il y a 9 mois pendant le tournoi de Monte‐Carlo, et dans la foulée vous avez lancé une petite polémique sur les résultats des Français à Roland Garros, en laissant sous‐entendre qu’on s’entrainait trop sur terre battue et pas assez surface rapide, mais à voir les résultats de Tsonga c’est pas si mal de s’entrainer sur surface rapide. 

Ecoutez, les joueuses et les joueurs fran­çais sont très bien pré­pa­rés pour toutes les sur­faces, et à voir le nombre de nos com­pa­triotes ali­gnés à l’Open d’Australie, nous sommes désor­mais une grande nation du ten­nis. Plus per­sonne n’en doute. Et les résul­tats de Tsonga viennent confir­mer cet état de fait. 

Effectivement après la défaite de Murray, la presse titrait « France 29 – Angleterre 0 » au regard du nombre de joueurs alignés sur ce tournoi. Pour vous, ça représente quoi ? 

Ca repré­sente des inves­tis­se­ments consi­dé­rables dans le ten­nis fran­çais. Depuis que je suis là, il y a eu un plan de déve­lop­pe­ment du ten­nis qui a pris des pro­por­tions consi­dé­rables puisque ce sont désor­mais près de 20 mil­lions d’eu­ros qui sont inves­tis chaque année. Et tout cet argent il est inves­ti dans deux direc­tions : d’a­bord équi­per nos ligues, nos régions et nos dépar­te­ments, et puis for­mer des jeunes, des cham­pions. Et ça marche ! Notre méthode fran­çaise marche ! Prenons trois exemples : Amélie Mauresmo qui est un pur pro­duit de la fédé­ra­tion fran­çaise puis­qu’elle a fait toute la lignée, Gasquet qui est exac­te­ment pareil puisque c’est son père qui l’a for­mé mais der­rière on s’en est occu­pé et il est à Roland Garros depuis des années, et il conti­nue à s’en­trai­ner à Roland Garros. Et Jo‐Wilfried Tsonga puis­qu’il a fait entrai­ne­ment dans la Sarthe, ensuite il est par­ti au pôle de Poitiers en sport‐étude, puis à l’Insep, puis à Roland Garros. C’est vrai­ment la lignée fédérale. 

Qu’est‐ce qu’il manque pour qu’on fasse des joueurs qui passent du haut niveau au très haut niveau et qui gagnent les matches qui comptent ? 

Je pense qu’au niveau fémi­nin on a gagné les matches qui comptent avec Mary Pierce, avec Amélie Mauresmo, avec un peu plus loin Nathalie Tauziat. Il nous manque un Grand Chelem chez les gar­çons mais ça va venir. Je pense que dans les 2, 3 ans, on aura soit Gasquet, soit Tsonga qui gagne­ront un Grand Chelem et puis je rajoute un joueur dont on ne parle pas beau­coup, qui s’ap­pelle Gaël Monfils et qui a toutes les possibilités. 

Est‐ce que le fait qu’il y ait désormais plusieurs structures, publique avec la fédé, et privées avec Lagardere, Mouratoglou et consorts, c’est bien pour le tennis français. Je veux dire est‐ce que c’est finalement pas mieux que vous vous tiriez la bourre ? 

Ecoutez, je ne suis pas dans cet état d’esprit‐là. Quand les joueurs parlent le week‐end pro­chain en Roumanie, c’est la Coupe Davis, c’est l’é­quipe de France, donc c’est la France, donc c’est la fédé­ra­tion. Pour le reste, si Lagardere veut don­ner un coup de main, si Mouratoglou veut don­ner un coup de main, bien­ve­nus. Et si il y en a un 3ème, et un 4ème, pas de pro­blème. Moi j’ai ten­dance à dire que le ten­nis fran­çais a besoin de tous les soutiens. 

Dernère question, vous avez vécu l’aventure Tsonga de l’intérieur, quel est le moment dans son parcours qui vous a donné des frissons ? 

Je crois que Jo a rai­son : l’at­ti­tude du public le jour de la finale était incroyable. C’est vrai que quand on a annon­cé son nom, 15 000 per­sonnes se sont levés, se sont mis à applau­dir et ça m’a don­né les larmes aux yeux, et tant que j’au­rai les larmes aux yeux, je conti­nue­rai à m’oc­cu­per du ten­nis français.

Instagram
Twitter